Rich Harassment


On s'amuse en cours de Maths [ft. Year 13]

avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


On s'amuse en cours de Maths
+ Feat les Year 13 +
Octobre 2018, le vendredi, cours de mathématiques avec les Year 13 de 10h40 à 12h50.

Wylia avait une matinée bien espacée. Elle avait eu cours tôt le matin, mais il s'était suivi par une heure trente de pause. Alors, elle n'était pas vraiment fatiguée. Elle avait même eu le temps de préparer un peu plus son cours. Elle devait faire de ces bambins de vrais petits génies !
Par ailleurs, elle ne comprenait pas pourquoi son cours avait tant de succès... Mais soit.
Une fois sa pause terminée, elle se leva de sa chaise, prit son sac et quitta la salle des professeurs. Elle salua deux trois collègues au passage avant de définitivement partir.

Elle poussa plusieurs portes avant d'atterrir dans le couloirs des salles de classe, et s'avança en esquivant quelques élèves. Elle trouva finalement sa classe avec plusieurs élèves qui attendaient, reconnaissant quelques têtes au passage. Elle ouvrit la porte et laissa les élèves entrer en se décalant.

" Bonjour à tous ! Vous pouvez entrer pour vous installer. Et une fois dans la salle, je ne veux rien entendre !"

Elle les regarda passer devant elle pendant qu'elle leur souriait et qu'elle les saluait. Lorsque le dernier élève fut entré, elle ferma la porte derrière elle et allait derrière le bureau du professeur. Cette sensation de s'installer là où lorsqu'elle était jeune n'aurait jamais imaginé être à cette place était excitante. Elle avait presque le pouvoir sur cette classe de jeunes futurs ingénieurs, mathématiciens ou qu'importe ! Ils allaient réussir !

" Bien, j'espère que vous avez fait vos devoirs, on les corrigera après que Solveig nous résume ce que l'on a fait le cours précédent."

Elle connaissait déjà bien ses élèves, alors inutile pour elle de faire l'appel. Elle savait qui était absent ou présent.
Elle posa ses affaires et se connecta sur l'ordinateur, avant de s'asseoir.

" On t'écoute, Solveig."
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
avatar
InvitéInvité




Avec
Year 13


On s'amuse en cours de Maths


C'était les dernières heurs de cours pour Solveig. Deux heures de mathématiques et elle serait en week-end. Pas même un club ce soir, ou des révisions. Rien. Elle allait pouvoir passer son après-midi et sa nuit à améliorer son gameplay à Call Of - sous le pseudonyme de Sol-Trooper2001 - et enfin finir The Last Of Us. Elle ferait tout ça en buvant du Coca Cherry et en mangeant des carottes, parce que c'était trop bon les carottes.
Il y avait eu une pause entre son cours de français et ce cours de mathématiques, mais Solveig avait tout de suite été devant sa salle de classe. Elle n'avait personne à rejoindre dans la cour. Pas de meilleure amie à accompagner aux toilettes, ou de potes fumeurs à qui tenir compagnie pendant qu'ils s'en grillaient une.
Elle serra son portable dans sa main en se demandant si elle pouvait envoyer un message à Léonard ou à son Alice, puis rangea le dernier. Elle n'avait pas envie qu'on lui dise qu'elle dérangeait. En fait non, elle n'avait pas envie de déranger tout court.
Elle attendait dans le silence du couloir, le dos contre le mur. Elle avait une fenêtre en face alors elle pouvait imaginer ce qui se passait dans la cour en contre-bas. C'était bien ça, d'imaginer ... Tiens, peut-être qu'elle pouvait jouer à ce petit jeu en attendant que le cours démarre ?
Elle eut une pensée osée envers Leopold Stern, ou plutôt le garçon qui incarnait absolument tout ce qu'elle voulait être. Elle eut le culot de s'imaginer lui dire bonjour, et qu'il la salue en retour. Oh mon Dieu, Leopold Stern qui lui disait bonjour ... ! Elle rougit aussitôt et se tapota les joues pour chasser ce fantasme. Elle ne méritait pas qu'il lui adresse la parole, alors qu'elle se ressaisisse ! Elle avait déjà la chance d'être sa camarade de classe !
Les élèves affluèrent au fur et à mesure, et Solveig fit semblant d'être intéressée par ce qui se passait à l'extérieur. La vitre renvoyait le reflet d'une blonde qui n'avait toujours pas retrouvée sa cravate, portant un t-shirt - sur lequel on pouvait lire en majuscules « Quand la vie apporte des questions, Google donne les réponses.» - baillant sur sa jupe. Elle avait une chaussette noire qui montait jusqu'à sa cuisse, et une rose qui descendait au genou et l'adolescente devait la remonter à chaque fois pour que les deux soient à taille égale. La vérité ? Elle hésitait à les abaisser aux chevilles toutes les deux, quitte à ressembler à un sac.
Elle entra en salle de classe la dernière, bien qu'elle fusse la première dans le couloir. Elle ne voulait pas s'imposer une place : elle prendrait celle qui restait. Un peu à l'écart, elle chercha un emplacement libre. En France, le fond était souvent occupé rapidement mais dans une école aussi studieuse que la Hampton c'était le rang qu'on évitait. Sauf si on s'en foutait ou si on s'appelait Solveig.
La blondinette trouva donc une chaise dans le fond, près de la fenêtre. Elle ne voyait pas grand chose à cause d'un géant assis en face d'elle. Elle leva alors les yeux vers sa professeur qui ne prit même pas la peine de faire l'appel. Elle la trouvait vraiment intimidante - dans le bon sens du terme. Elle avait l'air pleine de confiante et elle débordait de charisme. Elle comprenait que la prof de Maths ait su séduire un prof aussi séduisant que celui de Théâtre. Ils allaient si bien ensemble, Solveig les enviait un peu...

- Bien, j'espère que vous avez fait vos devoirs ...

Solveig hoqueta et n'entendit pas la suite. Des devoirs ? Non elle était sûre de les avoir écris pour la semaine prochaine !
La blondinette feuilleta avec empressement son agenda et vit qu'il n'y avait rien d'écrit à la date d'aujourd'hui. Oh, elle avait un post-it sur son cahier. Voyons voir :"Exercices de la page 34 pour vendredi ! Note-le dans ton agenda pour ne pas oublier !".
Elle blêmit. Oups. Peut-être qu'elle pouvait passer inaperçu et les faire rapidement ? La professeur interrogeait toujours un élève en début de cours alors peut-être qu'elle prendrait quelqu'un qui parlait beaucoup et qui ...

- On t'écoute, Solveig.

Elle releva la tête d'un coup, ses yeux bleus-verts écarquillés et la bouche fermée ; comme une enfant prise sur le fait. Comme si on avait écrit "coupable" sur son front.
Il y eut un long silence où Solveig ne sut que dire. Elle fouilla la classe du regard mais reposa ce dernier assez rapidement sur sa professeur. Elle ne voulait pas voir Leopold, parce qu'il aurait remarqué à quel point elle pouvait être cruche. Ou encore son amie Alice à qui elle voulait faire honneur.
Elle se leva donc pour pouvoir s'exprimer convenablement, la tête baissée vers ses notes. Elle avait été bien trop déconcentrée pendant le précédent cours pour bafouiller quelque chose de correct. Parce que c'était ce que voulait dire la prof par "on t'écoute", non ? Elle était la victime de cette interrogation, non ?
Oh la la, c'était la première fois qu'elle prendrait la parole en cours ! Et c'était pour ne rien dire ! Elle transpirait tellement de stress qu'elle avait la sensation que toute la classe pouvait la sentir.

- Euh ... Je ...

Pas très brillant. Alors Solveig ? Qu'est-ce qu'elle devait faire ?
Rha, autant être honnête plutôt que de faire semblant d'être brillante mais de passer pour une idiote. Enfin, pire que maintenant.
Elle prit son cahier, un peu honteuse, et montra les pages à la classe. On y voyait des dessins de cactus dans toutes la marges, des post-it de partout et des ratures à tous les exercices.

- Désolée, je n'ai pas très bien suivi le cours la dernière fois, alors je ne peux pas vous le résumer ...


Elle se pinça les lèvres, les joues rouges, avant de se rasseoir. Heureusement que c'était les deux dernières heures de la semaine.





Dernière édition par Solveig Sekai le Mar 24 Avr - 21:33, édité 2 fois
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


On s'amuse en cours de Maths
+ Feat les Year 13 +
Elle tapa sur le clavier, en attendant que la demoiselle se décide à parler. Elle nota sur le site de l'école les absents et présents, puis valida. Elle quitta finalement l'écran des yeux et se tourna vers Solveig, attentive. L'adolescente finit par se lever, les yeux rivés sur son cahier. Wylia inspira, se sentant un poil coupable. Ce n'était jamais facile de parler devant toute la classe, mais Solveig était intelligente, alors elle était assez confiante.

- Euh ... Je ...

Elle fronça les sourcils, toujours à l'écoute. Généralement, ce genre de bafouillage n'était pas bon signe, mais la professeure espérait du plus profond de son âme que son élève allait lui sortir le cours avec une telle aisance que les autres applaudiraient à s'en faire mal aux mains.
Finalement, mademoiselle Sekai finit par montrer son cahier à toute la classe, et ce n'était pas glorieux. Il y avait des dessins, des post-it - que venaient-ils faire là ?! - sans oublier les ratures à presque chaque ligne.

- Désolée, je n'ai pas très bien suivi le cours la dernière fois, alors je ne peux pas vous le résumer ...

Ce n'allait pas être la mine gênée de Solveig qui allait ralentir la colère de la professeure. Alors Wylia se leva, tandis que son élève se rassit. Elle pianota sur le bureau avec ses ongles et elle ne douta pas que le son que cela produisait se répandit dans la salle de classe.

" Tu n'as pas écouté ? Qu'a cela ne tienne. Tu as intérêt à écouter le prochain qui résumera le cours précédent et tu copieras deux cent fois ce résumé. Bien entendu, ce sera toi qui passera au cours suivant. "

Sa voix ne présageait aucune pitié, et le prochain qui allait résumer le cours avait intérêt à être brillant. Elle ne choisit même pas une solution de sûreté, elle était prête à dézinguer un autre élève, surtout qu'elle était assez irritée pour.
D'une voix forte et puissante, elle désigna celui qui devait bluffer la classe entière :

" Rowan Harlow, nous t'écoutons. "

Elle resta debout, au cas où elle devrait à nouveau faire la police.
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
avatar
InvitéInvité

On s'amuse en cours de maths
click
Rowan & les year 13
(a - b)² = a² - 2ab + b²Ce qu'il y avait de bien avec les maths, c'était que tout était toujours constant, logique, carré - sans mauvais jeu de mot. Un résultat était bon ou il était faux, un angle était droit ou il ne l'était pas, c'était ainsi. Rowan n'avait jamais aimé les matières littéraires, déjà parce qu'il ne comprenait pas le principe du par coeur, et aussi parce qu'à chaque fois qu'il croyait avoir réussi, il y avait toujours quelque chose qui clochait: pas assez développé, hors-sujet, mal formulé,...
Et puis, les maths étaient le seul cours qu'il partageait avec une amie - en l'occurrence le Chapelier, qui fut la dernière a rentrer en classe et à qui Rowan sourit sans trop savoir si elle l'avait vu, assis au troisième rang, entouré d'inconnus, dont une fille à moitié endormie sur sa table - pourquoi venir en cours si c'était pour dormir? Si la prof la voyait...
La prof en question était assise à son bureau, incarnation de la rigueur et du sérieux. C'était ce genre de personne qui avait l'air douce, presque timide à l'extérieur, mais qui abritait à l'intérieur un vrai volcan. Mieux valait ne pas la mettre en colère, celle-là.

Mme Stetson avait l'habitude d'interroger un élève à chaque début de cours, et ce fut cette fois-ci le tour du Chapelier, ou plutôt de Solveig. La première fois qu'il avait entendu le prénom de la blonde, Rowan avait été surpris par ses sonorités nordiques. Elle en avait certainement des origines - voilà qui leur faisait encore un point commun! Il se retourna à moitié sur sa chaise et observa son amie, comme pour l'encourager, bien qu'elle n'en ai sûrement pas besoin. Comment le savait-il? Une intuition.
Intuition qui vola en éclat lorsqu'il remarqua le stress apparent du Chapelier. Elle n'avait pas l'air assuré du bon élève qui a fait ses exercices, ni l'attitude je-m'en-foutiste de celui qui les a malencontreusement égarés (oups!).

L'angoisse de Solveig devint celle de Rowan quand il remarqua l'air de la prof, au moment où le Chapelier avoua ne pas avoir suivi le cours. Recopier deux cent fois, elle allait le sentir passer. Toujours retourné, il adressa une grimace qui se voulait rassurante à son amie sans se douter une seule seconde de ce qui allait suivre.

- Rowan Harlow, nous t'écoutons.

Il se retourna lentement, plus rassuré du tout. Hein? Quoi? Non, il devait y avoir une erreur. D'accord, ce n'était pas le genre de prof à confondre ses élèves, mais elle devait bien être au courant de... Ses pensées étaient de plus en plus confuse. Elle aurait dû être au courant, oui, mais il s'était tellement démené pour passer inaperçu depuis le début de l'année...
Quelque chose clochait, définitivement, mais Mme Stetson s'impatientait et Rowan n'avait sûrement pas envie d'écoper de la même punition que son amie. Il les avait fait, ses exercices; il avait même passé une bonne heure à se relire et à vérifier tout ses résultats. Il était absolument sûr de lui. Cette fois, Alice allait triompher là où le Chapelier avait échoué.

Faisant abstraction des murmures qui s'élevaient autour de lui et de son coeur qui battait de plus en plus vite, il se leva, les yeux résolument fixés sur le bureau de la prof dont il n'osait pas croiser le regard. Il n'avait pas oublié son cahier, cette fois, pas comme l'autre coup avec Hayley. Rowan espérait qu'elle ne prendrait pas le fait qu'il se soit permis de venir vers elle comme un affront personnel, elle qui était si sévère. Il espérait également que les autres élèves, qui chuchotaient derrière lui, n'étaient pas en train de se payer sa tête. Et il espérait que le Chapelier soit fière qu'il ne se soit pas dégonflé.
Les jambes flageolantes, il parvint finalement à destination, les yeux toujours baissés. Posant le cahier ouvert à la bonne page devant sa prof, avec un sourire contrit, il la laissa juger par elle-même sans chercher à s'expliquer. Il l'avait fait dans la marge, juste avant de se lever, le plus discrètement possible pour ne pas qu'on le croit en train de tricher.

Je vous prie de m'excuser, je suis dispensé pour l'oral.

Les tentatives d'humour de Rowan étaient toujours désastreuses. Il était beaucoup moins timides à l'écrit, et se permettait des écarts qui lui valaient parfois cher. Si la prof le prenait mal, il était fichu pour de bon.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 171
Date d'inscription : 28/01/2018
Localisation : Hampton Academy
Misanthrope moderne
Leopold SternMisanthrope moderne
On s'amuse en cours de Maths...

Ce matin là, comme tous les lundis, mercredis et vendredis, Leopold fut le seul habitant de la B-01 à se lever tôt. A vrai dire, il n'avait cours qu'à 10h40, et aurait très bien pu imiter son colocataire en restant couché plus longtemps. Mais le jeune homme avait un programme à respecter, et c'est l'esprit clair et déterminé qu'il sortit de son lit. Laissant les lumières éteintes pour ne pas réveiller le jeune blond qui partageait sa chambre, il s'habilla silencieusement, enfilant un legging de course, un t-shirt et une veste légère.

Il attrapa ensuite ses tennis, des Nike simples, noires à semelle blanche. Dernier cadeau de Noël de son père. Leopold n'y était pas attaché pour autant ; il en aurait fallu plus, beaucoup plus, pour que le jeune homme considère quoi que ce soit comme une marque d'affection. Il les laça rapidement, quitta la chambre sur la pointe des pieds, et, ignorant le brouhaha qui commençait à se faire entendre (la sonnerie annonçant le début des cours avait retenti un peu plus tôt), il descendit les escaliers de l'ancienne demeure royale. Il sortit de l'enceinte de l'établissement, et se dirigea naturellement vers la piste d'athlétisme.

Les équipements sportifs, que ce soit la piste ou les différents terrains, étaient déserts, comme souvent à cette heure-là. Leopold glissa ses écouteurs dans ses oreilles et s'échauffa un peu, trottinant sur place et étirant ses muscles encore endormis.
Il commença alors à courir, tranquillement au début, et accélérant le rythme au fur et à mesure que sa fréquence cardiaque augmentait. Il courut pendant près d'une heure à différentes cadences, et termina par un sprint, tandis que la musique pulsait à ses oreilles. Il courait vers l'avenir, vers la gloire. Ses chaussures, offertes par son père, étaient semblables à l'enseignement qu'il lui avait dispensé durant toutes ces années : elles seraient l'élan de sa réussite, mais resteraient négligeables face à l'ampleur de son mouvement.
Il allait gagner. Il allait battre son père. Il allait battre son destin, seul contre tous. Et ces pensées le réjouirent. Quand il parcourut les derniers mètres, lancé à pleine vitesse, une joie féroce l'envahissait. Il était le meilleur. Le meilleur.

Une fois ses étirements terminés, il rentra d'un pas rapide à Hampton. Il passa prestement dans la chambre qu'il partageait avec Léonard, récupéra ses vêtements pour la journée et repartit. Une douche brûlante et un coup de peigne plus tard, il commença à s'habiller. Sobre, comme à son habitude : un pantalon bleu sombre, une veste de costume assortie et une chemise blanche, sans oublier ses chaussures favorites et sa cravate dorée.
Étonnamment, même s'il savait très bien pour quelles raisons il devait absolument continuer à la porter, la cravate lui paraissait chaque jour plus serrée autour de son cou, le tissu étant semblable à l'étau de ses angoisses. Il effectua un dernier passage éclair dans sa chambre pour y déposer ses vêtements de sport et y récupérer ses affaires de cours, puis il se dirigea vers le premier étage, étage des salles de classe.

Il arriva devant la salle au moment même où la sonnerie se fit entendre, et cela le fit sourire. Il aimait la précision, la ponctualité. Ni en avance, ni en retard. A l'heure.
Il prit rapidement place, échangea quelques sourires cordiaux ou complices avec ses camarades selon la relation qu'il avait établi avec eux en plus de quatre ans de camaraderie. Il avait jeté son dévolu sur une table du second rang, à laquelle s'assit Anna, une jolie brune aux yeux bleus. Le châtain lui sourit aimablement, lui demanda à voix basse comment elle allait et installa méthodiquement ses affaires de cours. La trousse en haut à droite du bureau, les feuilles dans le coin supérieur gauche, le cahier au centre.

Comme à son habitude, la professeure interrogea un élève pour lui résumer la leçon vue précédemment. Au grand bonheur des Year 13, son dévolu se jeta sur Solveig Sekai, l'oiseau rare de la classe. Elle n'avait pas encore commencé à parler qu'un éclat de rire silencieux était passé sur toutes les lèvres, ou presque. Pas sur celles de Leopold, en tout cas. C'était tellement facile de se payer sa tête que c'en était rabaissant. Et puis, elle n'avait pas l'air plus bête qu'une autre, simplement... paumée.

La jeune fille avoua rapidement, entre deux bégaiements, qu'elle était incapable de réaliser l'exercice. L'enseignante, excédée, la punit et désigna aussitôt après un jeune homme, Rowan Harlow. Il parut surpris de ce choix, comme la plupart de la classe. Ils n'avaient jamais entendu sa voix jusqu'ici, et, quand ils le virent se diriger avec son cahier vers la prof, ils comprirent que ça n'était pas pour cette fois. Dans les grands sujets de conversation qui alimentaient la conversation Messenger de la classe, il y avait le nombre de post-its que pouvait écrire Solveig en une heure de cours, le prix des robes de la prof de maths et la raison du silence de Rowan. Leopold, lui, s'en contrecarrait profondément. S'il ne voulait pas parler, c'était son problème. En tant que misanthrope, il pouvait même comprendre et respecter ce vœu de silence.

Leopold plia le coude sur la table, pris son menton dans sa main, et attendit, ennuyé, la suite du cours. Mrs Stetson n'avait toujours pas réagi, et le jeune mutique était toujours planté devant elle.
ft. Year 13 & Wylia Stetson


Dernière édition par Leopold Stern le Jeu 7 Juin - 20:57, édité 2 fois



Carte d'étudiant:


Hampton Academy

stern
Leopold, Jean, Werner
21/10/2000
chambre : B-01.
classe : YEAR 13 -ÉCO, LITT., H-G, MATHS
club(s) : Baseball.

avatar
InvitéInvité




Avec
Year 13


On s'amuse en cours de Maths

Madame Stetson avait le visage d'un ange et la silhouette d'une déesse pure. Solveig était persuadée que son honnêteté confondue avec la bienveillance de sa professeure minimiseraient les dégâts causés par l'oubli de devoir de Solveig.
Mais la professeur se leva, ses ongles claquant un requiem contre le bois du bureau, avant d'articuler sèchement la sentence de l'adolescente :

- Tu n'as pas écouté ? Qu'a cela ne tienne. Tu as intérêt à écouter le prochain qui résumera le cours précédent et tu copieras deux cent fois ce résumé. Bien entendu, ce sera toi qui passera au cours suivant.

Ses paroles avaient été aussi tranchantes qu'une lame aiguisée. Le visage de Solveig se décomposa tandis qu'elle entendait la colère sourde de sa professeure. Ce n'était pas la punition en tant que telle qui la dérangeait, mais le fait qu'elle ait déçu l'adulte. Elle s'en voulait d'avoir retardé le cours, d'avoir fait perdre son temps aux élèves qui riaient tout bas - qu'est-ce qui les amusait ? - et de ne pas avoir été respectueuse envers la professeure en n'ayant pas correctement fait ses exercices.
Elle se marqua alors le dos de la main d'une croix, se rappelant d'aller voir madame Stetson à la fin du cours pour lui présenter les excuses qu'elle lui devait et lui expliquer pourquoi elle avait été si distraite lors de son précédent cours : elle n'avait juste rien compris. Bon, elle n'avait pas beaucoup écouté non plus, mais à chaque fois qu'elle avait tendu l'oreille, c'était pour perdre le fil.
Heureusement, elle croisa le regard réconfortant de sa Alice. L'échange fut bref mais il suffit à Solveig pour lui remonter un peu le moral. Elle adressa un sourire triste à son ami quand celui-ci se leva. Elle était sûre qu'il avait brillamment répondu aux exercices. Elle devait peut-être lui demander un coup de main ?
En tout cas, elle était fière qu'il aille vers la professeure, qu'il ait trouvé le courage d'aller lui montrer son travail. Il lui paraissait introverti parfois - mais il osait monter sur une table lors d'une grande réception alors bon - alors elle était plutôt contente quand il s'ouvrait un peu. C'était dans ces moments-là qu'elle le trouvait génial.
Discrètement, sous la table, elle alluma son téléphone. Elle se pressa d'envoyer un message à sa Alice, en croisant les doigts pour que le portable de son ami soit en silencieux.

A: Alice.

We are all made here, mais toi tu t'en sors bien plutôt bien !
Désolée d'avoir été un peu nulle pendant l'interro orale de madame ...


Elle ponctua chaque fin de phrase par un emoji. Celui de la première phrase était un bonhomme rougissant alors que celui de la deuxième était un arc-en-ciel. De la couleur dans les écrans, encore et toujours.
La professeure étant focalisée sur le cahier de Alice - c'était quoi son vrai prénom déjà ? -, Solveig en profita pour naviguer sur le net. Elle alla d'abord sur jeuxvidéos.com et un petit sourire illumina son visage tandis qu'elle lisait des mots français. Elle parcourut les dernières nouveautés, le portable plus ou moins discret sous la table, son livre de maths ouvert devant elle pour dissimuler son visage. Puis elle s'autorisa une connexion sur facebook, tenta de retrouver son mot de passe, en essaya plusieurs avant d'arriver sur son fil d'actualité. C'est alors qu'elle découvrit dans les propositions le groupe secret suivant : Year 13 Hampton Academy - promo 2018-2019.
Et mais ... C'était son année à elle. Elle reconnut Leopold Stern sur sa photo de profil. Pourquoi n'était-elle pas dans le groupe ?
Consternée et surtout naïve, elle demanda à rejoindre le groupe. Elle aussi elle voulait s'intégrer.


avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


On s'amuse en cours de Maths
+ Feat les Year 13 +
Les regards ébahis voire paniqués des élèves ne lui échappaient pas. Elle voyait bien que le petit Rowan n'était pas du tout rassuré. Cependant il se leva, prêt à expliquer le cours précédent espérait-elle. Elle n'avait pas de temps à perdre, surtout pour des choses aussi simples que de résumer ce qu'il s'était passé la semaine dernière.

Elle déchanta lorsqu'il s'avança vers elle. Qu'est-ce que c'était que ça ? Une manigance ? Une grosse blague pas drôle ? Wylia n'avait absolument pas l'envie de passer son début de cours à jouer à leurs idioties.
Une fois face à elle, il lui montra son cahier d'exercices. Elle haussa un sourcil, sceptique. Quel était le but de s'afficher devant tout le monde pour prouver à la professeure qu'il avait fait ses exercices ? S'étaient-ils passés le mot ?
Elle remarqua finalement le petit mot dans la marge.

Je vous prie de m'excuser, je suis dispensé pour l'oral.

Wylia leva les yeux vers Rowan et inspira. Dispensé pour l'oral ?
Elle se creusa la tête, au cas où ce n'était pas une plaisanterie et que c'était vrai. Elle se passa la langue sur ses dents, et réfléchit. Dispensé pour l'oral... Rowan Harlow... Rien ne lui vint en tête.
Elle prit alors le parti de le croire et de vérifier cette information. Si c'était un mensonge, elle ne tarderait pas à le savoir et il se fera incendier.

Elle autorisa alors Rowan à regagner sa place, sans remarquer que Solveig venait de sortir son portable.
Commençant à perdre patience, elle posa un ultimatum :

" Si la prochaine personne n'est pas capable de me résumer le cours précédent, vous aurez tous un DM à faire pour la semaine prochaine. J'ai suffisamment perdu de temps. "

Wylia n'était pas le genre de professeure à plaisanter, surtout lorsqu'il s'agissait du bon déroulement d'un cours et du sérieux des élèves. Elle leur rappela donc :

" Sans compter qu'ici, vous êtes à la Hampton Academy. J'estime donc que vous êtes normalement des élèves sérieux et ordonnés. "

Sa voix était cassante et annonçait ce qu'elle pensait véritablement. Elle avait assez entendu et vu de bêtises pour la journée, alors elle décida de choisir quelqu'un qui était sérieux - ou du moins connu pour être sérieux. Elle désigna alors l'éventuel futur sauveur de toute la classe.

" Leopold Stern, c'est à toi. "

Elle croisa les bras et s'appuya sur le tableau noir, son index tapant sur son avant-bras.
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
avatar
Messages : 171
Date d'inscription : 28/01/2018
Localisation : Hampton Academy
Misanthrope moderne
Leopold SternMisanthrope moderne
On s'amuse en cours de Maths...

Leopold haussa un sourcil étonné en voyant la réaction de la professeure ; comment avait-elle fait pour ne pas remarquer que Harlow ne parlait pas ? Elle devait avoir un certain nombre d'élèves, certes, mais tout de même… Avec quatre heures par semaine, ce sont des choses que l'on remarque, non ? Ce n'est pas comme si c'était quelque chose de courant…

Pendant que la prof congédiait l'élève, toujours silencieux, Leopold frémit légèrement quand le portable d'Anna vibra, l'avertissant de l'arrivée d'un message ou d'une autre notification. La voisine du jeune homme se pencha alors le plus discrètement possible sur son smartphone -un iPhone rose dernier cri-, ne pouvant résister à sa curiosité, tandis que la professeure, passablement énervée, posait un ultimatum à la classe. Si le prochain élève ne pouvait répondre, toute la classe en ferait les frais.
Laissant sans doute volontairement le nom de sa prochaine victime inconnu, elle leur fit un bref rappel des exigences de la Hampton Academy.

Et, enfin, enfin, elle désigna celui à qui incombait la lourde responsabilité de conserver intact le week-end détente des Year 13. Celui sur qui tous les regards de classe allaient se poser, sans pudeur ni respect. Celui qui pouvait à la fois être le héros du jour ou l'élève le plus détesté du cours de maths. Celui qui représentait le dernier rempart contre l'ignorance. Celui qui serait, osons le dire, un héros, un demi-dieu. Et elle appela Leopold Stern.

Il sourit doucement, pas le moins du monde surpris par le choix de la prof. Il était assez fréquent que le choix se porte sur lui lorsque les profs étaient désespérés par les réponses de ses camarades. Ils s'assuraient ainsi une réponse sérieuse et complète, et s'évitaient la correction d'un devoir surprise imposé à toute la classe.
Le désigné prit le temps d'ajuster les lunettes qu'il avait préalablement posées sur son nez ; il étira rapidement ses jambes et se leva, dépliant son mètre quatre-vingt-un, tout en longueurs et en tendons.
Le jeune homme surplombait la salle. Les bras raides le long du corps, les épaules droites, le regard fier, tout dans son attitude prouvaient que le jeune homme était assez confiant. Confiant, oui, c'était le mot. Il allait briller, comme d'habitude, et continuerait à imposer son influence sur la classe, mine de rien, discrètement. Il admirait les Délégués pour leur emprise sur le lycée, et avait bien compris qu'étant seul, il ne pourrait pas user des mêmes moyens qu'eux pour se faire respecter. Alors il se présentait en modèle, en sauveur, en pleine possession de ses moyens à chaque moment.

D'une voix claire, posée, masculine sans être trop grave, il énonça calmement : « Lors du dernier cours, nous avons entamé le troisième chapitre de notre programme… Il porte sur la dérivation. Nous avons revu les notions de Year 12 comme la formule du nombre dérivé, qui est la limite de f(a+h) moins f(a) le tout sur h et qui est noté f'(a). Nous avons également revu l'équation de la tangente à la courbe G représentative de la fonction f, qui est y égale f'(a) facteur de (x-a) plus f(a). Il me semble que c'est tout ?.. »

Il attendit l'approbation de la professeure. Il ne souriait pas, car il savait Mrs Stetson capable de le prendre comme une marque de mépris. Non pas qu'il les respectait, elle et ses robes outrageusement ouvragées, mais il n'avait pas envie de se faire mal voir par le corps enseignant. Il n'allait pas gâcher en un sourire plus de trois ans de contrôle permanent et de faux-semblants.
ft. Year 13 & Wylia Stetson


HRP:
Comme Rowan n'allait pas avoir grand-chose à dire, je me suis permise de répondre, j'espère que ça ne gêne personne ? Sinon on peut s'arranger bien sûr °^°

Je tire le cours de là : http://www.panamaths.net/Documents/SyntheseCours/SC_COMPLTDERIV_TS.pdf (j'ai dit que nous étions au début de la leçon parce que ça correspond à ce que j'ai personnellement vu en cours cette année et parce que ça me paraissait plus simple à aborder à l'oral qu'une partie plus compliquée et concrète du cours ^^')




Carte d'étudiant:


Hampton Academy

stern
Leopold, Jean, Werner
21/10/2000
chambre : B-01.
classe : YEAR 13 -ÉCO, LITT., H-G, MATHS
club(s) : Baseball.

avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


On s'amuse en cours de Maths
+ Feat les Year 13 +
Wylia s'avança vers le bureau et posa ses mains dessus. Elle parcourut la salle de classe du regard, sévère et annonciatrice d'un possible gâchage de week-end.
Tout le monde devait prier pour que Leopold Stern excelle dans sa diction du cours pour ne pas écoper d'un devoir supplémentaire.

Elle le regarda se lever de sa chaise, l'air confiant. C'était parfait, elle avait fait le bon choix.

« Lors du dernier cours, nous avons entamé le troisième chapitre de notre programme… Il porte sur la dérivation. Nous avons revu les notions de Year 12 comme la formule du nombre dérivé, qui est la limite de f(a+h) moins f(a) le tout sur h et qui est noté f'(a). Nous avons également revu l'équation de la tangente à la courbe G représentative de la fonction f, qui est y égale f'(a) facteur de (x-a) plus f(a). Il me semble que c'est tout ?.. »

Wylia avait écouté attentivement le résumé du cours de Leopold Stern, et il ne l'avait pas déçue. Lui prenait soin de prendre ses cours correctement, sans dessins superflus. Il écoutait, était sérieux, faisait ses devoirs lui. Un exemple pour tous les élèves dans cette classe. La soi-disante "élite" anglaise.
D'un geste de la main, elle lui autorisa à s'asseoir.

" Vous pouvez vous asseoir, monsieur Stern. "

Wylia soupira d'exaspération, prête à gronder la classe entière. Elle les jaugea du regard, annonçant un discours moralisateur :

" J'espère que vous avez retenu la leçon. Au prochain cours, je ne veux pas la même chose qu'aujourd'hui, est-ce clair ? Vous êtes prévenus. "

Elle alluma le vidéo-projecteur avec une télécommande, qui affichait les exercices à faire pour le jour-même. Elle inspira, tout en continuant le cours.

Les exos:

" Ouvrez vos livres page 43, exercice 1. Vous êtes sensés les avoir fait. Continuons sur une bonne lancée. Monsieur Stern, ouvrez le bal. Première dérivée. "

Elle s'écarta et lui tendit une craie, le livre d'exercices sur le bras.
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 13/06/2018
Age : 17
Localisation : Where the drama is.
Drama Lover
Luca PrescottDrama Lover


On s’amuse en cours de maths


Je me redressai soudainement dans mon lit, conscient que quelque chose n’allait pas. Oui, c’était ça. Mon alarme ne sonnait pas. Je jetai un coup d’œil vers mon cadran qui affichait 10h35… Oh… OH ! OH SHIT ! Hé merde, j’étais en retard pour le cours de maths. S’il y avait un seul cours auquel je ne voulais pas arriver en retard, c’était bien celui-là. Pas que j’aie un amour passionné pour les mathématiques, mais parce que madame Stetson était du genre à donner une tonne de devoirs à ceux qui ne l’écoutaient pas ou à ceux qui arrivaient en retard.

Je sautai hors de mon lit et m’habillai à toute vitesse. Je ne pris même pas le temps d’attacher mes cheveux et fonçai hors de ma chambre, attrapant mes livres au passage. Je courus jusqu’à la salle de classe et arrivai devant la porte juste à temps pour entendre Léopold réciter ce qu’on avait fait le cours d’avant. Décidément, je n’avais pas manqué grand chose. Il fallait juste attendre le bon moment pour entrer subtilement. Encore une chance que ma place était dans le fond de la classe.

Je restai près de la porte, guettant le moment où madame Stetson tournerait le dos à la classe. C’est au moment où Léopold se leva pour aller au tableau pour faire un exercice et que la prof avait son attention portée sur le tableau que je me faufilai dans la classe sans faire de bruit. Je me glissai rapidement dans mon siège, ouvrant mon manuel à une page au hasard. Je m’étirai sur mon siège, regardant le cahier de la personne à côté de moi. Page 43… Shit. Je ne l’avais pas faite. Rapidement, je pris un crayon et je me mis à remplir le numéro 1 le plus rapidement possible, en excluant le premier numéro que Léopold était en train de faire. Loi du moindre effort.

2) … 3x-2… euh.. 11) 3/2x^(-1/2) … Bon, c’était le temps de tricher un peu. Je m’étirai une seconde fois pour copier sur mon voisin. Bah quoi ? J’voulais juste m’éviter les ennuis, je ne cherchais pas à avoir un 100%. J’étais bien au courant que mon voisin n’avait peut-être pas les bonnes réponses, mais une page qui avait l’air remplie paraissait bien mieux qu’une page blanche.

Léopold termina son exercice. J’avais eu le temps de répondre à quelques numéros. Juste assez pour que ma page donne l’impression que j’avais fait l’exercice avec quelques difficultés. Je posai mon crayon pour que la prof ne se rende pas compte que je venais tout juste de remplir la majorité des exercices et j’affichai un air sérieux et concentré, un peu comme si j’avais été là depuis le début et que j’étais attentif à ce qu’on voyait en classe.


codage par Laxy Dunbar.




If you obey all the rules, you're gonna miss all the fun.

Carte étudiante:

Hampton Academy

PRESCOTT
Lucas
24/02/2001
chambre : B-04
classe : YEAR 13 - Maths - Sciences - Littérature - Histoire/Géo
club : Go home club


Luca brise les règles en #009966
avatar
Messages : 171
Date d'inscription : 28/01/2018
Localisation : Hampton Academy
Misanthrope moderne
Leopold SternMisanthrope moderne
On s'amuse en cours de Maths...

Comme il s'y attendait, Mrs Stetson se contenta d'approuver lorsqu'il eut fini son court exposé. D'un geste de la main, elle l'invita à se rasseoir, et crut entendre un soupir de soulagement général. Ouf, la professeure s'en était satisfaite ; personne d'autre ne serait interrogé aussi sévèrement aujourd'hui.

La blonde et élégante enseignante resta plantée quelques instants devant la classe, sans rien dire ; les élèves, suspendus à ses lèvres pour la plupart, semblaient attendre d'elle une horde de reproches, un tsunami dévastateur. Mais rien de cela n'arriva. Elle soupira simplement, ses sourcils froncés encadrant sévèrement ses grands yeux bleus, puis lâcha une brève remarque avant de se retourner vers son tableau.

D'un geste prompt, elle afficha les exercices du jour, et d'une voix sèche, elle rappela aux élèves qu'à défaut de connaître leur cours, ils étaient supposés avoir réalisé les exercices.

Alors qu'il se plongeait distraitement dans la relecture de ses exercices, plus pour passer le temps qu'autre chose, Leopold entendit vaguement son nom être appelé. Il mis quelques instants à réagir, et lorsqu'il eut croisé le regard insistant de la professeure, il se leva brusquement, heurtant le bureau voisin du sien avec son genou. Le choc sortit Anna Dawson de sa fascination pour son portable, et Leopold n'eut que le temps de lui adresser un regard réprobateur avant de se diriger vers le tableau, muni de son cahier.

Il récupéra du bout des doigts la craie qu'elle lui tendit, et alors qu'il commençait à écrire les résultats du premier exercice, il ne put s'empêcher de ressentir l'aura incroyable que cette femme dégageait. Elle devait bien faire dix centimètres de moins qu'elle, et paraissait si légère, si fine… elle en paraissait presque fragile. Et pourtant, il émanait d'elle une assurance, une volonté qui pourrait faire plier des murs. Tandis qu'il réfléchissait à cela, Leopold fit trois fautes d'étourderies au tableau, fautes qu'il corrigea aussitôt, en notant toutefois qu'il ferait mieux de se concentrer.

Il termina donc de recopier son exercice, ayant néanmoins un doute sur la réponse à la dernière question ; c'était la seule pour laquelle il n'avait pas pris le temps de vérifier le résultat, et il se rendait maintenant compte à quel point cela aurait été judicieux. Tout ça pour économiser deux minutes… Non mais franchement, quel abruti je suis… Idiot et flemmard. N'importe quoi. Il faut que je me ressaisisse, et tout de suite.

Si certains avaient pu lire dans les pensées du châtain, ils auraient sans doute dit que le jeune homme était trop dur avec lui-même, qu'il ne s'accordait pas assez le droit de faillir, le droit d'échouer. Et ils auraient eu raison. Leopold ne se permettait rien, parce qu'on ne lui avait jamais rien permis ; ou plutôt, on lui avait toujours interdit de se permettre, ce qui était encore plus pernicieux, puisque cela faisait ainsi de lui son seul bourreau. Comme de juste, Leopold n'arrivait pas vraiment à percevoir la différence entre ce qu'il s'infligeait et ce qu'on lui imposait.
Toute distraction devenait discipline : la course devait être une performance ; la lecture, une source de savoir ; la musique, un moyen de plus de l'aider à se concentrer.
Toute discipline devenait obsession : combien de fois s'était-il réveillé en plein milieu de la nuit, trempé de sueur, persuadé qu'il avait oublié toutes ses formules d'économie, ou qu'il avait échoué à devenir celui qu'il devait être ? Combien de fois avait-il rêvé qu'il échouait, au juste ?

Sans rien laisser paraître des critiques intérieures qu'il formulait à son propre égard, Leopold se retourna vers l'enseignante, le regard posé, la respiration calme, et lui rendit placidement la craie, un fin sourire sur les lèvres. Il était l'archétype du bon, voire de l'excellent élève ; il était celui que les profs utilisaient pour relancer la participation de la classe, celui dont tout le monde connaissait le nom, les parents, et dont tout le monde se fichait à peu près éperdument.
Il était le fils calme, studieux, exemplaire d'un riche banquier, et personne n'avait envie d'en savoir plus.
Dans un sens, cela arrangeait beaucoup Leopold ; moins de curieux voulait dire moins de gens susceptibles de découvrir la vérité. Certes, il avait bien évidemment une réponse toute prête pour les rares personnes au courant de la mort de son père : « accident de voiture », mais il préférait ne pas l'utiliser. Parce que, de une, c'était vérifiable, et c'était parfaitement faux ; et de deux, il n'avait pas envie d'être obligé d'avoir l'air affligé, l'air du « pauvre garçon qui a perdu son papa mais qui ne préfère pas en parler parce que la vie continue ». Non merci. Il n'avait besoin de la pitié de personne, et de toute façon, ce n'était pas comme si il regrettait son père. Loin de là, même.
ft. Year 13 & Wylia Stetson


HRP:
C'est long, je suis désolée. Je pensais ne quasiment rien écrire, et en fait... vive les digressions ? 8D Bon courage pour tout lire !




Carte d'étudiant:


Hampton Academy

stern
Leopold, Jean, Werner
21/10/2000
chambre : B-01.
classe : YEAR 13 -ÉCO, LITT., H-G, MATHS
club(s) : Baseball.

avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


On s'amuse en cours de Maths
+ Feat les Year 13 +
L'élève sur lequel elle avait posé ses espoirs prit la craie et commença à rédiger la correction des exercices. Elle resta bien dix secondes à observer avec attention ce qu'il écrivait avant de se tourner vers la classe, sondant les élèves. Elle avait suffisamment confiance dans le sérieux de monsieur Stern pour faire la loi.
Elle savait repérer les élèves qui griffonnaient pour corriger de ceux qui dessinaient parce qu'ils s'ennuyaient ou de ceux qui recopiaient avec une vitesse déconcertante les exercices pour faire un minimum semblant de les avoir fait.

Le silence régnait, accompagné de quelques bruits de feuilles et le son de la craie sur le tableau noir. Elle posait son regard sur tout ce qui bougeait : stylos, cahiers, mains, bras, yeux...
Elle remarqua un comportement étrange, un jeune homme qui s'étirait tout en zieutant de façon absolument pas discrète le cahier du voisin. Elle n'avait pas remarqué cet élève au début du cours, mais il était présent... Étrange.

Elle finit par se concentrer à nouveau sur la correction des exercices, et vit que le si sérieux Stern faisait des erreurs d'inattention, ce qui était assez inhabituel de sa part. Probablement qu'elle n'aurait pas dû lui demander deux fois de suite de se montrer devant toute la classe entière.
Il termina alors l'exercice et retourna à sa place.

" Bien, donc écoutez bien ceux qui ont fait des erreurs. Ceux qui ont eu juste, relisez vos exercices, vous pourriez passer juste après. "

Elle commença par expliquer le premier numéro où elle n'hésita pas à écrire à côté pour bien montrer étape par étape tout ce qu'il y avait à faire pour arriver au bon raisonnement. Elle fit exactement la même chose pour les numéros qui suivaient dans le premier exercice, n'hésitant pas à faire des pauses pour rendre les choses encore plus simples.

A la fin, le tableau était si blanc que personne n'aurait pu deviner qu'un tableau noir se cachait sous cette couche de craie.
Elle posa la craie sur le bureau en se frottant les mains, et demanda à voix haute :

" Vous avez compris ? On peut passer à l'exercice suivant ? Si c'est le cas... "

Elle se tourna vers l'élève qui s'était étiré si discrètement. Elle lui fit un sourire encourageant, comme pour l'inciter à venir au tableau.

" Faîtes-moi l'exercice deux, monsieur Prescott. "
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
Contenu sponsorisé

La date/heure actuelle est Mar 16 Oct - 16:28