Rich Harassment


Abri torrentiel. [pv Evan]

avatar
InvitéInvité
L'été était synonyme de chaleur. Adel en était autant le témoin que la victime, une main levée au dessus de son visage alors qu'il observait le ciel qui le narguait de son bleu bien trop éblouissant. Week-end. Sortie en ville pour se vider la tête avec les deux autres. Une journée de détente en perspective pour le trio, investissant sans gêne un bar dés que l'heure fut au rendez-vous. 14h était une bonne heure. Pas selon Adel. Ni même selon [Shika]. Mais [Hyo] avait toujours eu tendance à trouver une heure qui lui arrangeait lui plutôt que le commun des mortels. Avec le temps, ils s'y étaient fait. M'enfin, un bar à 14h. Même Adel avait sentit son estomac se tordre à l'idée de se bourrer à cette période de digestion. Il avait jeté un regard à [Hyo]. LE regard. Celui qui traduisait toutes ses pensées en l'espace d'une seconde. Ca n'avait pas arrêté son cadet. Naaan. Où serait le fun sinon ?
Donc il faisait chaud, lourd, CREVANT, et y'avait l'autre imbécile heureux qui lui servait d'ami qui allait leur faire boire de l'ALCOOL. Adel avait eu encore plus chaud rien qu'à y penser et ne s'était pas privé de vocaliser ses pensées, se plaignant haut et fort de tout et de rien. Tant que ça lui permettait de faire chier l'idiot-dragueur-du-dimanche et accessoirement un de ses amis ça lui allait.
Wait wait wait. Retirez ça. Jusqu'à il y a quelques minutes ça lui allait. Il faisait chaud, ça lui portait sur les nerfs et donc râler le faisait décompresser. Mais perdre un gage, ça, ça lui allait pas du tout non. Il avait plissé les yeux, toisant avec son plus beau regard noir - littéralement - les deux hommes qui se prétendaient ses amis. Après ça, on ne lui avait pas laissé le choix. Ni une ni deux, il avait du se plier à son gage.

Et maintenant, à l'heure actuelle, belle heure de 18h, il était travesti et totalement bloqué sous son abri-bus par le rideau de pluie diluvienne qui s'abattait sur Londres. Il présentait l'apparence d'une jeune femme à la peau doucement hâlée dont les longs cheveux noirs intensifiait l'onyx de son regard. Ses yeux avaient été maquillés avec du waterproof, "pour féminiser ton visage" avaient dis ses amis. Bien entendu, pourquoi s'était-il embêté à poser la question ?
Assis sur le banc de l'abri-bus, Adel repoussa ses encombrant cheveux d'un revers de la main et jeta un coup d’œil vers l'écran annonçant le prochain passage des bus.
"Déviation" clignotait joyeusement pour toutes les lignes, laissant à Adel tout le loisir d'attendre la fin de cette torrentielle averse pour avoir le vague espoir de rentrer à l'heure à l'Académie.


Dernière édition par Adel Roy le Ven 10 Aoû - 23:31, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Abri torrentiel
Evan était parti dans l'optique de débusquer un musée. Il était caché parmi des arbres et des habitations, alors il s'était armé de Google Maps. Mais après une heure de marche longue et laborieuse, tout ce qu'il trouvait était des rangées d'arbres, des trottoirs sales et des taxis perdus.
Westminster était bien trop grand pour lui, et Evan n'avait pas forcément le sens de l'orientation.
Il jeta un coup d'oeil au pourcentage restant de sa batterie de téléphone, et découvrit avec stupéfaction le nombre dix-sept suivi d'un autre nombre, le quarante-trois. Il comprit qu'il s'agissait de l'heure, avant de voir le 48% qui s'affichait sur le haut de l'écran de son smartphone.

En glissant son portable dans la poche de son manteau, il découvrit le sol qui s'assombrissait à quelques endroits, avant de sentir des gouttes lui couler le long de son cou. Il jeta alors un regard vers le ciel, recouvert depuis un petit moment par des nuages menaçants.
Pas le moins du monde perturbé par la météo changeante, il s'avança tranquillement vers un abri le plus proche, déjà occupé par une demoiselle.

Lorsqu'il s'installa à côté d'elle, une pluie plus forte frappa le sol. Il leva une nouvelle fois les yeux vers le ciel, contemplant la beauté de la Nature.
Puis, il se tourna vers cette jeune femme, tentait de comprendre ce qu'elle pouvait bien faire à Westminster à cette heure-ci, puis se tourna vers son téléphone pour s'occuper.

Dix-huit heures trois.
Doodle Jump. Le vieux jeu mobile auquel plus personne ne jouait. Sauf lui. Il n'aimait pas les abandonnés, il préférait faire vivre encore quelques jours, voire mois cette application.
Bien entendu, il avait mis son portable en silencieux, pour ne pas déranger la jeune femme.

Soudain, il se demandait si elle aussi cherchait le même musée que lui.
Sans attendre, il s'adressa à elle :

« Bonsoir mademoiselle. Je me demandais, vous aussi vous cherchiez un musée avant que la pluie ne tombe ? »

Le pauvre petit alien vert qui sautait venait de chuter dans le vide...
Codage par Libella - Je te parle en #D3A53C.
avatar
InvitéInvité
Planifiant silencieusement sa vengeance prochaine sur [Hyo] et peut être aussi sur [Shika], il réussit à faire abstraction de la pluie, de la moiteur qui lui collait à la peau et de l'air, lourd, chaud et désagréable à l'inspiration. Il fut brièvement distrait lors de l'apparition d'une autre personne, un homme, à qui il adressa un long regard contemplatif avant de s'en désintéresser en constatant qu'il l'ignorait. La pluie redoubla d'intensité peu de temps après, lui tirant un soupir frustré, lui faisant foudroyer le rideau aqueux de ses yeux noirs. Et bien ça ne servait concrètement pas à grand chose, mais diriger sa frustration sur quelque chose était bien. Enfin, c'est ce que [Shika] lui avait dit. Diriger sa frustration sur quelqu'un, à contrario, c'était mal. Toujours [Shika] qui le dit.
Adel était le premier à rire de ces situations, de ces gages et de ce qu'on lui demandait de faire. M'enfin fallait attendre un ou deux jours après pour qu'il ai pris assez de recul et n'essaie pas de créer une relation fusionnelle entre le visage de son ami et un mur. Nouant ses doigts entre eux, il les fixa quelques secondes paresseusement avant de glisser une de ses mains dans la poche de sa veste, récupérant son portable pour vérifier heure et message. Il ignora délibérément son seul message lorsqu'il vit de qui il provenait au profit d'un rapide coup d’œil à l'heure, calculant si ça valait le coup d'essayer de rentrer à l'académie lorsque l'averse cesserait ou si squatter chez un de ses amis était moins embêtant.
Les minutes s'égrenant, sa frustration diminua avec elles pour ne laisser que l'attente l'ennui.

« Bonsoir mademoiselle. Je me demandais, vous aussi vous cherchiez un musée avant que la pluie ne tombe ? »

Son attention fut divertie par la prise de parole de la personne à côté de lui. Ne faisant pas grand chose de son côté, Adel la lui accorda toute entière, ça valait toujours mieux que de fixer le vide comme si d'un instant à l'autre un lutin psychédélique allait poper à cet endroit là pour lui confier une quelconque quête chelou comme dans les manga. S'il tiqua sur le mademoiselle en début de phrase, il ne lui en tint pas pour autant rigueur. Ça voulait dire que le déguisement des deux autres zigotos marchait et que son comparse n'était qu'une personne en plus à tomber dans le panneau. Nan il allait pas s'énerver pour ça. Même si c'était un peu vexant.

- Heey. - salua t-il d'une voix posée, un sourire s'invitant sur son visage - Non pas vraiment, j'étais sortie boire un verre avec des amis - tôt dans l'après midi mais bon - et on a été surprit par l'averse. -

Il rangea son téléphone et fit un vague geste en direction de la rue avec son bras.

- On a été séparé lorsqu'ils ont décidé de traverser la route, me laissant seul. -

Et dans cet accoutrement en plus, songea Adel écartant distraitement une mèche de cheveux. La pluie s'abattant sur le toit de l'abri faisait pas mal de bruit, et si il élevait suffisamment la voix pour être entendu, il n'était pas certains que ce soit suffisant pour que son compagnon de profitons-de-l'averse-et-soyons-bloqués-sous-l'abri-bus se doute qu'il soit un homme et non une femme. Il inclina légèrement la tête pour avoir l'autre homme en visuel.

- Tu étais donc à la recherche d'un musée ? Lequel ? - s'enquit-il en jetant le vouvoiement aux oubliettes sans une seconde pensée pour lui.

Ça ne l'embêtait pas de continuer la conversation, c'était plus intéressant que de regarder la pluie tomber en tout cas. Et ça lui donnait une excuse à offrir à [Hyo] quand celui ci lui tomberait dessus pour exiger de savoir pourquoi il ne répondait pas à ses SMS.
Il sortit son téléphone, jeta un coup d’œil à l'écran et le re-rangea, le laissant vibrer. Et ses appels.
Son sourire prit une note satisfaite alors qu'il reportait son attention complète sur son interlocuteur. Il cligna soudainement plusieurs fois des yeux lorsqu'une pensée parasite mais Ô combien utile toqua à la porte de son esprit.

- Ah, aucun bus ne passera sur cet arrêt. - il désigna le panneau qui affichait normalement dans combien de temps passait les bus - Ils sont tous déviés. -
avatar
InvitéInvité
Abri torrentiel
L'asiatique osa détailler la jeune femme. De longs cheveux noirs encadraient son visage, ses cils remontaient gracieusement vers le ciel, rendant son regard bien plus profond. Cependant, quelque chose le dérangeait là-dedans. Cette demoiselle avait beau avoir un visage correct, elle n'était pas séduisante pour le moins du monde aux yeux d'Evan.

- Heey.

Evan la fixait avec un regard perplexe en entendant la voix plus ou moins grave qui s'exprimait. Il avait connu des femmes avec des voix graves, mais cela ne le surprenait plus lorsqu'il était habitué à les entendre.
Il se concentra sur ce qu'elle dit :

- Non pas vraiment, j'étais sortie boire un verre avec des amis - tôt dans l'après midi mais bon - et on a été surprit par l'averse.
« Oh je vois. »

Il se demandait où étaient passés ses amis, mais n'osa pas poser la question directement. Il se serait trouvé intrusif.
Il repensa à la voix qu'elle avait, et réfléchit là-dessus. Il trouvait que ce pouvait être une bonne chose, cela cassait les codes de l'homme à la voix grave et la femme à la voix aiguë, et de cette façon la femme se hissait au même niveau que celui de l'homme. Dans un autre sens, elles perdaient de leurs caractéristiques que le genre masculin n'avait pas la chance d'avoir, et plutôt que d'affirmer des voix fluettes, elles étaient dotées d'une voix grave.

Ce fut le geste de la demoiselle qui le ramena sur Terre :

- On a été séparé lorsqu'ils ont décidé de traverser la route, me laissant seul.

Voilà qui répondait à sa question. Cependant, ce n'était pas sérieux de laisser son amie seule, dans une si grande ville, à une heure qui commençaient à être tardive. Elle n'avait pas de très bons amis, ou du moins pas assez inquiets ou protecteurs. Elle n'avait pas l'air faible, mais selon les statistiques, ce sont les femmes qui se font le plus souvent agressées. Pas les hommes.

« Ils ont confiance en vous, mais je trouve ça dommage qu'ils ne tentent pas de vous accompagner. »

Elle décida d'ignorer sa remarque, peut-être mangée par les dents acérées de la pluie. Il fallait dire qu'Evan était plutôt intimidé.
Elle pencha la tête, peut-être pour se dégager la vue de ses cheveux.

- Tu étais donc à la recherche d'un musée ? Lequel ?

Evan cligna plusieurs fois des paupières, ne comprenant pas qu'on puisse tutoyer un inconnu si rapidement. Il fallait dire qu'en Corée du Sud, le respect était pri-mor-dial. Pas étonnant que cela le surprenne.
Il la laissa, avant de débuter les explications, vérifier il ne sut quoi sur son téléphone. Lorsqu'il fut rangé, elle lui adressa un sourire étrange.

- Ah, aucun bus ne passera sur cet arrêt. Ils sont tous déviés.
« Oh... Ce n'est pas important, je ne me suis pas arrêté ici pour prendre le bus, mais pour attendre la fin de la pluie., affirma-t-il »

Pour appuyer ses propos, il jeta un coup d'oeil au dessus de lui, remarquant les gouttes qui s'écrasaient avec force sur l'abri-bus. Il grimaça avant de se concentrer à nouveau sur sa partenaire d'attente.
Elle lui avait posé une question juste avant, mais laquelle était-ce ? Ses origines ? Son style vestimentaire ? Sa famille ? Ses études ?
Il resta quelques secondes à réfléchir, puis écarquilla les yeux lorsqu'il eut la réponse :

« Ah oui, le musée ! s'exclama-t-il, Oui oui, je voulais voir l'Institut des Arts Contemporain, apparemment à St. James's. Mais j'ai un très mauvais sens de l'orientation, et c'est absolument impossible de le trouver. En tout cas, pour moi. Mais ils ont vraiment des œuvres d'art fascinantes. La plupart des gens réduisent cet art à du "n'importe quoi du moment que ça a l'air d'être réfléchi ou une critique de la société", mais il faut pousser la réflexion plus loin. Bon, c'est vrai, parfois les artistes de ce mouvement artistique se contentent de faire une œuvre bizarre juste pour faire une œuvre, sans profondeur ni rien. Mais parfois, on peut trouver de véritables perles. Il a un artiste tout particulièrement qui est absolument fascinant. Il fait des œuvres sculptées qu'il plonge ensuite dans les eaux. Il s'appelle Jason deCaires. Il nous ouvre les yeux sur un univers tout à fait différent, et à chaque fois c'est éblouissant. On a même l'impression d'être immergé avec ces sculptures, d'être là avec elle, mais on ne suffoque pas. C'est comme s... »

Evan s'interrompit brusquement, se rendant compte qu'il pouvait ennuyer son interlocutrice avec ses affabulations artistiques. Lui, qui aimait tant l'art, venait de déverser sa passion sur cette pauvre demoiselle.
Il s'éclaircit la voix :

« Je suis désolé, lorsque je parle d'art, je ne peux plus m'arrêter... Mais, hum, du coup, vous attendez aussi que la pluie cesse ? »
Codage par Libella - Je te parle en #D3A53C.
Contenu sponsorisé

La date/heure actuelle est Mer 19 Déc - 9:11
Aube des Mondes