Rich Harassment


avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 07/08/2018
Mes yeux sont plus haut
April WithmanMes yeux sont plus haut
Virée Shopping

" Je vous le dis chers followers, le lieu le plus mémorable de Londres c'est.... HAARODSSSSSSSS !" hurlai-je face à la caméra. Je suis actuellement en direct pour montrer à mes adorés ma petite virée shopping du jour. Ils faut dire que je suis proche de devenir une personne tendance ! Vous savez, c'est important d'être du genre à donner des conseils mode. Je tiens à rappeler que la mode est ce qu'il y a de plus important pour une femme. Etre belle, c'est l'ESSENTIEL ! Je sais, je sais, certaines diront que c'est faux, qu'on peut s'habiller comme on veut, blablabla. Mais franchement, c'est typique des nanas qui ne savent pas bien choisir leurs tenues. Et même si vous n'avez pas les sous, il faut absolument prendre soin de soi !

Pourquoi ? mais c'est évident : pour votre moral, votre charisme et votre image. Je sais, je suis jeune, je n'y connais rien. Mais vivre dans une famille de riche, ça vous apprend bien des choses. Principalement, que l'image que vous reflétez est essentielle. Attendez les féministes, on se calme ! Un employeur préférera toujours une femme bien habillée et bien dans sa peau qu'une nana qui préfère mettre des vêtements trop larges, trop décontractés. L'élégance, la sûreté, la beauté, ça c'est important. Même une grosse peut être jolie, si elle sait quoi choisir comme vêtements pour s'embellir.

Voilà le speech que je venais de raconter avant de couper la caméra, soufflant de soulagement. Plus de 200 personnes regardaient, je trouve ça vraiment fantastique. Maintenant, il est temps de choisir les bonnes boutiques, repérés les meilleurs vêtements possibles. Mais avant ça, j'ai un creux du tonnerre. Et pour trouver de la bonne nourriture, je préfère m'éloigner de la galerie, pour trouver un petit restaurant vegan, ne voulant pas prendre trop de poids. Il faut dire que j'ai une soirée importante dans moins d'une semaine et je tiens à garder la ligne pour pouvoir rentrer dans ma robe. Ha, les galas de charité, merci Papa d'avoir ouvert une succursale de ton cabinet ici, maintenant je suis obligée de supporter ces anglais riches à l'accent affreux.

Enfin bref, j'avais déjà repéré ce petit restaurant et j'étais même venue à plusieurs reprises histoire de profiter de nourritures saines et délicieuses. J'entre donc à l'intérieur avec une attitude très sûre de moi, un sourire aux lèvres lumineux. Faisant signe à un serveur, je lui montre de venir vers la table où je me dirige afin de pouvoir m'installer à cette dernière. Assise, les jambes croisées de manière très féminine, le dos bien droit, je lui demande la carte. Une fois qu'il s'éloigne, je sors mon portable pour prendre une photo de moi dans la salle avec quelques hashtags pour décrire ce dernier.

Carte en main, elle prend du temps pour réfléchir avant de choisir un hamburger végan à base de toffu et quinoa, un truc vraiment spéciale mais déliceux. Evidemment, je pris une photo de mon plat dès son arrivée. Je dus m'y reprendre à plusieurs reprises avant d'avoir l'angle et la lumière nécessaire pour avoir une photo parfaite ! Mais je dois bien avouer que je me sentais bien seule actuellement. Si seulement quelqu'un pouvait venir me voir ! J'accepterai une grande discussion sur l'intérêt de manger des plats vegan !

©️ 2981 12289 0
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 04/08/2018
Élite
Virée Shopping  
Certains peuvent croire Graham mordu de travail avec les notes excellentes qú'il sait atteindre. Une minorité peut penser qu'il n'est qu'un branleur avec une chance de cocu, avec un caractère aussi simple. Et peut-être que des handicapés suite à une amputation du cerveau imaginent que l'Élite a l'argent nécessaire pour s'offrir sa constellation de A. Mais non, tout est juste une question d'organisation. Le soir, Graham travaille plusieurs heures sur ses cours. Et c'est ce parfait planning qui lui permet de s'octroyer des plaisirs. Ce midi, par exemple, il erre dans Harrods à la recherche d'une bonne bouffe.
Malgré la température idéale du printemps, l'adolescent s'est muni d'un bombers rouge délave. On le devine d'une grande marque et à la mode... du moins, il fut un temps. La couleur usée laisse voir l'âge ancien de la veste et donc la valeur sentimentale qu'y accroche Graham. Il faut dire que ce bombers lui va bien : en plus de raviver son teint blême, elle ajoute du volume à ses épaules; ce qui n'est pas de refus avec une carrure aussi ridicule que celle du Year 11. Quant aux quelques mèches châtains que la légère brise a rendu rebelles, elles lui assurent une certaine masculinité.
Jean Levis tendance et baskets décontractées l'habillent, en revanche, en toute simplicité.
Graham, Pokémon Go activé sur son Iphone, est en direction d'un McDo qu'il connait bien quand une blonde familière entre dans son champs de vision. S'il ignore son nom, Graham la connait plus ou moins. Difficile de la rater sur les réseaux sociaux ou même à l'école tant elle pinaille. De plus c'est une élite., comme lui.
Mais on ne peut pas lui en vouloir : n' importe qui avec une gueule pareille s'exposerait autant. Bien que ce soit prétentieux, c'est plutôt sympa venant de la blondinette de partager son joli minois.
Graham la vit entrer au loin dans un restaurant vegan et se dit : pourquoi pas ? Ça le changerait du fast-food.
Il entre à son tour avec l'intention de découvrir ce type de repas tranquillou à une table mais la blonde -et oui, encore elle - se trouvant dans son champs de vision, il repère quelque chose qu'il doit absolument lui dire.
Il s'approche timidement - merde, allait-il vraiment discuter avec une fille ? Avec des nichons et le reste du packaging intimidant ?. Il a alors les pommettes roses et le regard fuyant.

- Hé, salut. Tu devrais faire quelque chose pour... ça.

Il lui désigne la tâche monstrueuse qu'elle a sur son haut. A quel moment s'est-elle fait ça ? Aucune idée.
Mais entre-temps le serveur a pensé que Graham comptait déjeuner avec la blonde et a préparé sa place sans que son client ne le remarque, trop occupé à être gêné.

Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

Kinghale
Graham, Avalon, Duncan
01/01/2002
chambre : B-05
classe : YEAR 12 - SOCIO. - SCI. - MATHS. - ECO. - ESP.
club(s) : Base-ball

avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 07/08/2018
Mes yeux sont plus haut
April WithmanMes yeux sont plus haut
Virée Shopping


Je me sentais bien ici, goûtant à mon repas avec délice. Mes papilles se délectaient du goût tandis que je jetais régulièrement un coup d'oeil à mon portable, pour voir les réactions de mes followers. De nombreux messages étaient positifs, certains moins agréable à lire, mais je trouvais leur argument si bateau que je n'y prêtais pas plus attention. De toute façon, ceux qui s'énervent pour un oui ou pour un non sont souvent ceux qui se sentent mal dans leur peau, enfin, c'est ce que j'estime. Internet avait donné la parole à des gens sans intérêts, que l'on n'aurait pas écouté en d'autres temps. Des affabulateurs... voilà ce qu'ils étaient.  Mais je fus interrompue par un jeune homme plutôt agréable à regarder. J'aimais bien son air espiègle marqué sur son visage, Graham, un autre Elite indiqué sur la liste de ceux que je m'étais forcée à connaitre au moins de nom.

Je lui aurai bien fait l'un de mes sourires chaleureux s'il ne m'avait pas fait remarqué la tâche affreuse sur mon haut. Vraiment, c'était pas joli du tout. Sans doute la sauce de mon hamburger qui m'avait trahie de la sorte. Shame on her. J'attrapais une serviette que j'humidifiais avec l'eau que je m'étais prise dans mon sac à main avant de frotter l'élément disgracieux de mon vêtement.

" Salut Graham, je ne m'attendais pas à te croiser ici et que tu sauves mon chemisier." m'exclamai-je en plongeant mon regard bleu océan dans le sien, un sourire aux coins des lèvres. " Je t'en prie, assieds-toi. Le serveur t'a préparé une place." lui proposai-je d'un geste de la main en direction de la chaise en face de moi. " Je te remercie de m'avoir prévenue, je ne l'aurai pas remarqué tout de suite et ça aurait été une catastrophe. Heureusement, elle n'a pas eu le temps de s'imprégner..." soupirai-je alors que je fis une boulette de ma serviette et la coinçais sous mon assiette. Je me redressais un peu, posant mes avant-bras sur la table pour observer un peu mieux le jeune homme. Sa veste me plaisait beaucoup, même si elle semblait avoir vécu quelques temps déjà. Mais ça allait bien avec son style de manière général et le mettait en valeur.

" Je profite de ces autorisations de sortie à l'infini pour venir agrémenter mon dressing. J'adore avoir plein de vêtements dedans, même si l'école nous force à porter cet uniforme miteux. Franchement, ils devraient faire appel à un styliste, c'est pathétique pour une école aussi prestigieuse. Mais dis-moi, comment te porte-tu toi ?" m'exclamai-je alors, un sourire aux lèvres. J'aimais bien faire la discussion, ça ne me gênait pas non plus de la faire seule soit dit en passant. Il faut dire que j'étais du genre très à l'aise en société. Cela aidait pas mal.

©️ 2981 12289 0



April parle en #cc0099

Hampton Academy

WITHMAN
April
06/01/2003
chambre : B-03.
classe : YEAR 11 - Sc. - Fr. - HG. - Math - Soc. - Ch.
club(s) : Equitation / Musique

avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 04/08/2018
Élite
Virée Shopping  
Pas question de déjeuner avec Miss Monde ! Elle intimide beaucoup trop Graham, et il sent qu'ils n'ont rien en commun. De quoi peut-il discuter avec une influenceuse ? Lui, sur Facebook, il est le typique inconnu. Le stalker. Il ne poste rien. Ne dit rien. Ne fait rien. Il se sert uniquement du réseau social en guise de contact. T'as pas mon numéro ? Tu peux me contacter sur fb. Alors que la demoiselle face à lui ... Sans l'avoir dans ses amis, il arrive quand même à la voir sur son fil d'actualité. Pas tout le temps, évidemment. Mais une fois, elle était apparue, identifiée sur une photo d'un ami. Le pire étant Twitter. Pourquoi est-ce qu'on la retweet autant ? La dernière fois elle évoquait ses bottes, et le nombre de followers ayant envie de partager cette anecdote était bien trop élevé !
Elle, elle est posée dans ce restaurant parce que le veganisme est sûrement sa religion, alors que lui est là par curiosité.
Il s'apprête donc à stopper le serveur dans son élan, mais sa camarade lui coupe l'herbe sous le pied :

- Salut Graham, je ne m'attendais pas à te croiser ici et que tu sauves mon chemisier.

Ouais, lui non plus.

- Je t'en prie, assieds-toi. Le serveur t'a préparé une place.

Il tourne la tête vers elle, les yeux expulsés de ses orbites. Elle connaît son prénom, vraiment ? En général on se souvient de son nom de famille, pas de son prénom. Et quel enthousiasme ! Difficile de dire non à une moue aussi adorable. Et elle est si enjouée ...
Il pousse un soupir et balaie l'air de la main quand elle le remercie de l'avoir sauvé. D'ailleurs, c'est un bien grand mot pour juste une tâche sur un chemisier, mais bon.
Il se laisse tomber sur la chaise et jette un coup d’œil au menu. Des hamburgers, ha bon ? Les vegans font ça ? Vu les petits mots en dessous en guise de descriptif, on ne va pas y trouver un bon steak bien saignant.
Mais sérieusement, qu'est-ce qu'il fout là ? La bouffe est une copie de ce que mange les omnivores, le goût de la viande en moins, et le prix bien plus onéreux. Et sa partenaire de repas est une vraie pie. Il lui semble s'être écoulé une éternité alors qu'elle babille sur cette histoire de tâche. Calme-toi princesse, c'est juste de la sauce.
Il profite qu'elle parle autant pour commander un hamburger au serveur et un soda - très curieux de voir la tronche de leur coca.

- Je profite de ces autorisations de sortie à l'infini pour venir agrémenter mon dressing. J'adore avoir plein de vêtements dedans, même si l'école nous force à porter cet uniforme miteux. Franchement, ils devraient faire appel à un styliste, c'est pathétique pour une école aussi prestigieuse. Mais dis-moi, comment te porte-tu toi ?

Il arque un sourcil légèrement méprisant. Uniforme miteux, vraiment ?

- Où est le problème de l'uniforme ? Je le trouve très bien. Et le doré de la cravate est très joli.

Après, Graham n'est pas le futur Karl Lagerfeld. Il a quand même suivi la mode de la mèche au collège ...
Mais en dépit de ça, il trouve que l'uniforme fait le travail et qu'on est très confortable dedans.

- Perso je m'en fous des fringues. Tant que j'suis bien dans mes baskets. Mais sinon je vais bien. J'ai bientôt un examen de socio, et même si j'adore ça, j'y suis très mauvais. Je n'ai que des B, ça me fait chier.

Jouant avec sa cuillère, il attend que son repas soit servi. Il fait la moue, le regard focalisé sur le couvert. Vraiment ? Elle lui parle chiffons et lui de notes ? Mais que c'est passionnant tout ça ! Si elle lui demande après de l'accompagner pour porter ses sacs, c'est hors de question !
Peut-être qu'il devrait relancer la conversation ? Essayer de dire autre chose ? Qu'est-ce qu'ils ont en commun tous les deux ? A l'école, ils ont la brillance de la cravate; mais en dehors de ces murs, que sont-ils vraiment ?

Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

Kinghale
Graham, Avalon, Duncan
01/01/2002
chambre : B-05
classe : YEAR 12 - SOCIO. - SCI. - MATHS. - ECO. - ESP.
club(s) : Base-ball

avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 07/08/2018
Mes yeux sont plus haut
April WithmanMes yeux sont plus haut
Virée Shopping


Je m'amusais de voir les réactions de Graham. Son étonnement, ce regard méprisant quand je parle de l'uniforme. Tout semble s’exacerber sur son visage et j'étais tentée d'en jouer. Mais je ne le connaissais pas suffisamment pour me permettre de trop m'amuser de lui. J'haussais les épaules quand il me demanda quel était le problème avec l'uniforme. Je le trouvais banal, si les cravates n'étaient pas là pour les enjoliver, je pense que je me sentirais rapidement déprimée.

" Je trouve que les uniformes sont désindividualisant. Ils servent à cacher qui nous sommes réellement et même si cela est utile pour certaines personnes, j'estime que nous ne devrions pas caché ce que l'on est quand on le sait. Mais oui, les cravates dorées ont un certain charme, c'est un indéniable, heureusement qu'elles existent." lui expliquai-je, un petit sourire aux coins des lèvres.

Je l'écoutais, sans m'empêcher de faire une moue déçue quand il me fit savoir qu'il s'en fichait des vêtements. A chaque fois que je discutais de ce genre de sujet avec un homme, cela finissait presque de la même manière.... tant que je suis bien dans mes baskets. Je dois bien avouer que je me retenais de rire. Il n'y avait vraiment que les femmes qui devaient s'inquiéter de la façon dont on doit se vêtir ? Enfin, cela n'avait finalement pas d'importance, je notais simplement dans un coin de mon esprit que parler de vêtements avec Graham ne devait tout simplement plus arriver.

" Sociologie... oui, ce cours est particulier. Mais j'ai surtout l'impression que le professeur a des difficultés à donner plus que des B. Peut-être attend-il que nous raisonnions comme lui ? J'ai pu remarqué que si on allait à l'encontre du sien, on était un peu moins bien vu." répondis-je, tentant surtout de le réconforter concernant ses notes. Et puis, sincèrement, la sociologie a bon être un cours quelque peu passionnant, je trouve que c'est un cours vaste et sans fin. On peut tout y dire, comme ne rien dire, cela n'aura pas énormément de différences. Si proche de la philosophie par moment, tout en étant son contraire... je le trouvais particulier. Vraiment particulier.

Je pris une bouchée de mon repas tandis que je l'observais, me demandant à quoi il pouvait bien penser à cet instant précis. Je ne savais pas du tout s'il appréciait d'être là, en face de moi. Il avait toujours l'air plus intelligent, plus travailleur. Enfin, du moins, c'est ce que j'avais entendu dire de lui. Mais je dois bien avoue que je ne le connaissais pas particulièrement. Posant ma fourchette, je plongeais mes yeux dans les siens, tentant de sonder qui il était.

" En dehors des cours, qu'est-ce qui t'intéresse au juste ? Je t'avoue que je suis assez intriguée par ta personne. Le peu que j'entends parler de toi, c'est soit au sujet de ta famille soit au sujet de tes performances en cours. Mais je ne pense pas que tu te résumes à cela, n'est-ce pas ?" osais-je lui dire alors qu'une étincelle d'intérêt devait se refléter dans le fond de mes pupilles tandis qu'un sourire enjôleur embellissait mon visage.

©️ 2981 12289 0



April parle en #cc0099

Hampton Academy

WITHMAN
April
06/01/2003
chambre : B-03.
classe : YEAR 11 - Sc. - Fr. - HG. - Math - Soc. - Ch.
club(s) : Equitation / Musique

avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 04/08/2018
Élite
Virée Shopping  
Alors que la blonde trouve le moyen de parler encore chiffons, Graham se fait la remarque suivante : cette fille est vraiment l'incarnation de la vision qu'a Graham sur les filles de son âge. Elles sont fans de mode, ont une alimentation en marge de la norme sociétale pour mieux définir leur identité et il met sa main au feu que lors de ses soirées pyjamas, la blondinette note avec ses copines les garçons de la classe en fonction de leur physique. Plus elle parle, plus Graham se sent mal à l'aise. Il se ratatine sur sa chaise, le regard fuyant, priant pour que le serveur lui amène son plat au plus vite. Bien qu'il soit assez d'accord avec la Bratz - les uniformes ont de quoi tuer l'individu en tant que tel parfois -, il reconnaît que ce n'est pas le cas à l'Académie. Lui, il porte l'uniforme selon les codes, mais il a déjà croisé des étudiants l’arborer à leur sauce. Ainsi, ils montrent à la Hampton qu'ils étudient là tout en exprimant leur personnalité.
Mais ça, bien qu'il en meurt d'envie, il ne le dit pas. Hors de question de relancer Bimbo Girl sur les fringues. Il veut juste manger et fuir.

-  Sociologie... oui, ce cours est particulier. Mais j'ai surtout l'impression que le professeur a des difficultés à donner plus que des B. Peut-être attend-il que nous raisonnions comme lui ? J'ai pu remarqué que si on allait à l'encontre du sien, on était un peu moins bien vu.

Graham lève un sourcil, interloqué. Elle a trouvé le moyen de rebondir sur son misérable sujet de conversation ? Vraiment ? Quelle prouesse ! Les filles ont sûrement un don spécial pour le bavardage. Et surtout, lui, il n'a rien vu de tout ça. Il pensait juste qu'il était mauvais en sociologie, point barre.
Le serveur arrive alors avec le fameux burger et les frites. Et ça sent étrangement bon. En fait, Graham a même faim de ce plat. Dans le silence -enfin - il saisit le sandwich chaud entre ses mains et prend une première bouchée. Et qu'est-ce que c'est bon ! Ça n'a pas de viande ce truc ? Sérieux ?

- En dehors des cours, qu'est-ce qui t'intéresse au juste ? Je t'avoue que je suis assez intriguée par ta personne. Le peu que j'entends parler de toi, c'est soit au sujet de ta famille soit au sujet de tes performances en cours. Mais je ne pense pas que tu te résumes à cela, n'est-ce pas ?

Un gros morceau dans la bouche, les joues gonflées et les yeux pétillants de joie, il dévisage son interlocutrice, abasourdi. D'un côté, il s'en fout d'elle - parler fringues franchement ... - mais d'autre part, il la trouve intéressante. Evidemment, elle l'intimide comme pas possible, mais il lui reconnaît ses qualités. Outre son physique décapant, elle a le mérite de connaître son prénom, de rebondir sur ses conversations miteuses et même de vouloir s'intéresser à lui. Et ça ne semble pas égoïste. Elle a vraiment l'air de vouloir faire connaissance.
Sauf qu'il ne sait pas quoi dire sur lui ...
Tout en jouant avec sa fourchette, le regard dirigé vers le bas, il laisse les mots venir, hésitants :

- Oui ... 'fin j'sais pas, je joue au base-ball. J'aime bien quand on me laisse diriger les projets de groupe. J'aimerais bien sauver les baleines. Ha, et j'adore Pinterest. Ça me donne plein d'inspiration pour mon Bullet Journal.

Il regarde autour de lui. Est-ce que la demoiselle - dont il ignore encore le prénom, hein - pourrait se révéler surprenante ? Il voulait s'acheter un jeu vidéo ... Est-ce qu'elle pourrait le suivre ?

- Et toi ? Euh ... Avril, c'est ça ?

Il est sûr que c'est un prénom qui sonne comme ça, mais ne s'y étant jamais attardé ...

- Tu as ... euh ...

Il pousse un râle exaspéré. Vraiment, il est pathétique. Le poing serré, il lève enfin les yeux. On sent qu'il est fébrile et que le tenir lui coûte beaucoup d'efforts. Mais il tient vraiment à soutenir le regard de l'élite. Parce que, merde quoi, il n'est pas un bébé fragile qui se laisse intimider facilement par un joli minois !

- Bon je t'avoue que le social avec les filles, c'est pas mon truc. J'aimerais bien, mais vraiment, je me sens coincé. J'ai l'impression que ce que je dis est stérile, que rien ne peut t'atteindre. Attention, je dis pas que je suis attiré par les mecs ! C'est juste que je m'excuse de mon manque d'enthousiasme mais je suis ...

Impossible de finir cette phrase ... Trop de mots lui viennent en tête.
Cependant il tient bon. Il a le visage cramoisi, quelques mèches éparses et des joues potelées. Mais ça va.


Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

Kinghale
Graham, Avalon, Duncan
01/01/2002
chambre : B-05
classe : YEAR 12 - SOCIO. - SCI. - MATHS. - ECO. - ESP.
club(s) : Base-ball

avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 07/08/2018
Mes yeux sont plus haut
April WithmanMes yeux sont plus haut
Virée Shopping


"Tu as un Bullet Journal ?" m'exclamai-je alors, les yeux pétillants d'intérêt. Je ne connaissais que peu de personnes qui utilisaient des BuJo pour organiser leur vie. Personnellement, je passais souvent la dernière semaine de mes vacances à en préparer un de manière tellement précise que ma mère me vannait sur ce côté de ma personnalité. Elle me demandait souvent de ralentir avec pour ne pas devenir quelqu'un de trop perfectionniste. Sauf que je suis du genre à ne pas laisser les détails aux hasards. " Sauvez les baleines est un objectif très intéressant, mais pourquoi seulement les baleines ? Ce ne sont pas les seuls animaux en danger non ? " demandai-je alors. C'était pour cette raison que j'avais pris la décision il y a peu de devenir vegan et usais de mon insta pour prôner le sauvetage de tous les animaux.

Continuant de manger mon repas et buvant une gorgée de ma boisson, je remarquai à quel point Graham rougissait. Cela lui donnait un côté assez adorable même si je me doutais bien que cela ne devait pas être son état naturel. Par chance, il éclaira mes lanternes quand il commença à m'expliquer son manque de loquacité.

"Intimidé ?" finissais-je par dire pour finir sa phrase avant de balayer d'un petit revers de main ses propos. " Tu te prends un peu trop la tête si tu veux mon avis. Je ne suis qu'une fille, rien d'autre, mais par dessus tout je suis tout autant humaine que toi. " lui affirmai-je avec conviction avant de me rapprocher un peu " J'ai des défauts plus grave que d'avoir une paire de seins." rigolai-je alors en lui faisant un clin d’œil.  Je n'avais pas envie qu'il se sente gêner en ma compagnie, et puis cela ne me dérangeait pas de devoir combler les blancs, une vraie pipelette.

" Et puis, on a une conversation autour de nourriture, c'est pas si terrible que ça non ? Et qu'est-ce qui t'emmène en ville au juste ?" ajoutai-je finalement, un sourire aux lèvres. Je ne savais pas vraiment comment faire en sorte pour qu'il se sente à l'aise en ma compagnie. Je sais que j'intimide souvent les gens, mais de là à les faire rougir autant, je n'étais pas habituée.

©️ 2981 12289 0



April parle en #cc0099

Hampton Academy

WITHMAN
April
06/01/2003
chambre : B-03.
classe : YEAR 11 - Sc. - Fr. - HG. - Math - Soc. - Ch.
club(s) : Equitation / Musique

avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 04/08/2018
Élite
Virée Shopping  

Sauvez les baleines est un objectif très intéressant, mais pourquoi seulement les baleines ? Ce ne sont pas les seuls animaux en danger non ?, lui a-t-elle dit. Cette question trotte depuis un moment dans la tête de Graham. Oui, il y a un milliers d'espace en voie d'extinction qu'on maltraite, qu'on malmène, qu'on piétine et qu'on dénigre. Mais Graham, lui, ne pense qu'aux baleines.
Mais en même temps si sa famille n'avait pas ... S'il n'y avait pas ... Si on était ...
Il pousse un soupir. Ce déjeuner prend une drôle de tournure. Quoique, dès le début il est sent l'étrangeté.

- Intimidé ? Tu te prends un peu trop la tête si tu veux mon avis. Je ne suis qu'une fille, rien d'autre, mais par dessus tout je suis tout autant humaine que toi. J'ai des défauts plus grave que d'avoir une paire de seins.


Graham ne peut être plus rouge que maintenant. La couleur écarlate lui avale le teint, faisant presque disparaître ce qui composait son visage. La blonde embraie en lui demandant ce qui l'amène en ville mais tout ce que Graham entend est "pairedeseinspairedeseinspairedeseinspairedeseins". Son regard, pour mieux écouter ce que lui répète en boucle son cerveau, demande à descendre plus bas pour vérifier l'existence de cette pairedeseinspairedeseinspairedeseins ; mais son bon sens le retient.
Se redressant sur sa chaise, il tousse pour retrouver contenance. Sérieux, comment fait cette fille pour exprimer autant de charisme et de confiance ? Pas étonnant qu'elle soit une élite. Elle a une aura. Une vraie.
Et Graham, un peu paniqué et bien trop spontané, qui esquisse un sourire railleur et lui renvoie la balle :

- Pour ça, il faudrait déjà les voir tes défauts. Tu ne les montre pas beaucoup.

Faites qu'elle n'ait pas compris qu'il évoquait cette pairedeseinspairedeseinspairedeseins. Faites que la légende sur la bêtise des blondes se concrétise. Qu'il y ait un miracle. N'importe quoi.
Et Graham qui se tient tranquille, comme s'il n'avait rien balancé. Il sirote son soda, l'air de rien. L'air de dire "rien ne m'atteint". Alors que dans sa tête, un milliards de petits Graham se lancent la pierre. "Mais pourquoi tu as dit ça ?!""J'en sais rien ! J'ai paniqué !""Maintenant elle va nous prendre pour un pervers!""Et si elle nous gifle ? Tu sais que tu pourrais lui mettre une droite en retour et tu ne veux pas ça !"
Pas tous les jours faciles d'être quelqu'un de droit mais de spontané. Heureusement, un petit Graham mental, le seul qui survit à la guerre que se voue l'intérieur de sa boîte crânienne, se lève parmi les flammes et lui souffle l'idée suivante : changer de sujet de conversation.
Repas fini, il sort une carte de crédit de la poche intérieur de son blouson avec la nonchalance d'un type qui sortirait une clope et zieute un serveur.

- J'étais venu pour m'acheter un jeu. Mais je vais plutôt le précommander. Le shopping, la foule, les gens, les formules de politesse forcées, la transpiration des autres qu'on te colle sous le nez, la mère qui te bouscule mais elle a les bras chargés donc tu peux pas l'engueuler, le sourire factice des vendeurs, et le bruit qui te fais consommer des dolipranes à s'en péter le cerveau ; non merci. Morale de l'histoire : internet, c'est bien.

On finit son soda à la paille l'air de rien. On évite le regard de la blonde. On a le visage écrevisse, les genoux collés au jean à cause de la sueur de stress mais on garde un air fermé. Bien que ce ne soit pas son genre de garder une façade, normalement.

- Et toi ? Tu es juste venue pour tes internautes ou tu avais un autre objectif en tête ?

Pas mal. Les filles adorent parler d'elles-mêmes, c'est bien connu. Se sortir d'une situation difficile : check.

Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

Kinghale
Graham, Avalon, Duncan
01/01/2002
chambre : B-05
classe : YEAR 12 - SOCIO. - SCI. - MATHS. - ECO. - ESP.
club(s) : Base-ball

avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 07/08/2018
Mes yeux sont plus haut
April WithmanMes yeux sont plus haut
Virée Shopping

A sa remarque, j'haussai un sourcil alors que mes joues rosissaient légèrement. Mais je ne voulais absolument pas lui faire savoir que cela me gênait. A la place, je me ressaisi rapidement avec un petit sourire aux lèvres, légèrement narquois.

" Je pense qu'il n'est pas toujours nécessaire d'user de ce genre de charme lorsque l'on a d'autres atouts à jouer. Les mots peuvent gêner bien plus d'homme qu'une paire de tétons baladeurs." m'exclamai-je alors avant de ponctuer mes dires par un petit clin d'oeil. J'avais bien vu ses joues rougir d'autant plus quand j'avais parlé d'une paire de seins plutôt dans la journée, cela m'amusait donc bien plus de jouer avec ce qui le gênait un peu. Pourtant, je ne suis pas du genre cruelle, mais je ne peux m'empêcher de taquiner les gens, c'est plus fort que moi en général.  

Mais je n'en fis pas tout un plat et lui demandai ce qui l'avait amené en ville. Il faut dire que je n'avais pas vraiment l'habitude de croiser des membres de l'école en plein coeur de la city. Chose suffisamment rare pour que cette dernière titille ma curiosité. Ayant fini mon repas, et tout en l'écoutant, je fis signe au serveur de m'apporter la note. Je ne pus m'empêcher de retenir un rire en l'entendant citer l'ensemble des désavantages du shopping. Il n'a pas tort dans le fond, mais j'adore toujours autant faire les magasins.

" Il n'y a pas que des désavantages à faire du shopping, on peut également y trouver du plaisir quand on veut se faire plaisir. Et puis, on apprend à oublier les autres quand on passe un bon moment." lui répondis-je un petit sourire aux lèvres avant de faire une moue pleine de curiosité en l'entendant parler de mes internautes. Un sourire ravi se profila sur mon visage tandis que je tendais ma carte de crédit au serveur.

" Alors comme ça tu me suis ?" lui demandai-je, les yeux légèrement pétillants. Je le trouvais assez mystérieux comme gars, avec un style assez cool. Alors, forcément, savoir qu'il connaissait au moins mon insta, est-ce qu'il me suivait d'ailleurs ? " Je viens pour les deux à vrai dire. J'avais envie de nouveauté. Au pire, je t'accompagne pour acheter ton jeu puis je te laisse pour mes vêtements ?" proposai-je alors, trépignant d'impatience. J'avoue, passer un peu plus de temps avec lui me ferait bien plaisir l'air de rien.

©️ 2981 12289 0



April parle en #cc0099

Hampton Academy

WITHMAN
April
06/01/2003
chambre : B-03.
classe : YEAR 11 - Sc. - Fr. - HG. - Math - Soc. - Ch.
club(s) : Equitation / Musique

Contenu sponsorisé

La date/heure actuelle est Lun 17 Déc - 2:25
Aube des Mondes