Rich Harassment


Cérémonie d'entrée

avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 25/01/2018
Deus Ex Machina
DirecteurDeus Ex Machina


Cérémonie d'entrée



Nous sommes le 03 septembre 2018 et il est 8H00 du matin. La salle de réception de la Hampton Academy est remplie de rangées de chaises, toutes faisant face à une grande scène, derrière laquelle on peut voir un long rideau représentant l’emblème de l’école. En son centre, un pupitre derrière lequel patiente déjà le Directeur, observant les élèves, les étudiants, professeurs et parents s’installer. Les baies vitrées entourant la salle sont embellies par des bannières et fleurs alors que le couloir entre les sièges est recouvert d’un tapis rouge. . Le premier siège chaque rangée est d'ailleurs décoré d’un ruban. La première rangée de chaises est réservée aux professeurs et membres du personnels avec seulement quelques places réservées quant à elle aux délégués, ceux-ci étant déjà présents, biens habillés et observant de temps à autre les élèves derrière eux. Après quelques minutes d’attente, les dernières personnes s’installent et le silence prend le pas sur le brouhaha ambiant. Un tapotement sur le micro se fait entendre, indiquant le début de la cérémonie.


« Mesdames, Messieurs,
Chers élèves, chers étudiants,
Chers professeurs et membres du personnel,
Bonjour.
» commence alors le Directeur, vêtu d’un costume gris foncé élégant, les deux mains placées sur le pupitre alors qu’il fixe la foule assise devant lui.

« Nous sommes réunis aujourd’hui afin de célébrer cette nouvelle rentrée scolaire qui, nous l’espérons, sera sous le signe de la bonne entente et de la réussite. Je tiens à rappeler, personnellement, que peu importe la manière dont vous êtes entré au sein de la Hampton Academy, vous êtes tous soumis au même règlement tout comme vous devez atteindre l’excellence afin de rester au cœur de notre prestigieux établissement.
Cette année sera synonyme de renouveau car avec le comité de direction, nous avons décidé que différents événements auront lieu toute l’année. Nous espérons donc que chacun d’entre vous, peu importe votre situation, participera à la vie au sein de la Hampton Academy et y apportera tout autant de richesse que vos camarades.
» Le Directeur balaya chaque personne présente du regard, laissant un petit silence prendre place. « Chaque élève et étudiant a reçu, dès son inscription, son emploi du temps ainsi que le numéro de sa chambre, nous espérons que samedi et dimanche, vous avez tous eu le temps de vous installer dans votre dortoir respectif et pris possession des lieux car nous serons intransigeants quant aux possibles retards en cours.

Pour finir, le respect envers vos enseignants et le personnel est de mise dans l’établissement, ainsi que vis-à-vis de vos camarades. Au sein du réfectoire du lycée, vous trouverez un buffet pour vous sustenter et fêter dignement cette rentrée scolaire. Les cours commenceront dès ce midi, veuillez donc prendre en considération cette heure pour organiser votre matinée.
Passez tous une année scolaire des plus enrichissantes,
Mes salutations.
» termine finalement le maître des lieux avant de quitter la scène, laissant le bruit des conversations et déplacements prendre place au cœur du lieu de réception.

HRP:
Ce sujet sera ouvert durant toute la période d’automne 2018, il n’y a pas d’ordre pour vous RP ni minimum de lignes. Ce sujet vous permet de débuter sur le forum si vous le désirez et surtout, de peut-être déjà faire une rencontre pour votre personnage !

avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 12/02/2018
Bourgeois
Hayley TaylorBourgeois
Cérémonie d'entrée


Quelques pas rythmés par le stress et la crainte d'arriver en retard résonnaient entre les rues adjacentes de la Hampton Academy. Hayley, prête à se mettre à courir au besoin, observé l'enceinte tout en continuant sa marche rapide. Elle était littéralement bluffée, voir subjuguée par l'établissement : un château. Elle se sentait comme une princesse découvrant le palais de son futur prince. La bouche légèrement entrouverte, les yeux pétillants, elle ne savait plus où donner de la tête et tenta de se concentrer sur ses pieds, pour ne pas tomber maintenant.

Elle pénétra l'immense cour via un pont, lui-même au-dessus de douve. Elle ne savait même pas que c'était possible d'avoir cours dans ce genre de lieu la petite. En y repensant, elle en viendrait presque à remercier ses parents de l'avoir laissée seule à Londres. Mais non, de toute façon, elle le savait, ses parents n'avaient pas la tête à prendre de ses nouvelles : " On travaille dur Hayley, ce n'est pas facile pour nous non plus ! On t'appellera un autre jour !" Bip bip, voilà la dernière conversation qu'elle avait eu avec sa mère, une semaine plus tôt et depuis, le néant, le vide, comme d'habitude. Hayley secoua la tête, s'étant arrêtée pour observer le monde qui l'entourait. Car oui, la Hampton Academy était comme un nouveau monde pour elle, univers alternatif où...peut-être.. elle se sentirait enfin chez elle ! Dommage qu'elle ne pouvait pas montrer cette bâtisse à Charlie et Rudolph, ils auraient adorés se balader ici et faire peur aux autres !

Un sourire, un pas plus tranquille et voilà Hayley rejoignant le monde pénétrant dans l'établissement. Elle n'avait pas encore eu l'occasion de vraiment visiter les lieux, ayant observé que sa chambre où elle s'était installée la veille, après des adieux déchirants avec ses braves bêtes. Et la voilà maintenant à l'entrée d'une salle de réception merveilleuse.

" Waaaaaaaaah ! " s'exclama-t-elle sans se retenir, trouvant vraiment qu'elle était tombée dans un conte de fée. Bon, elle exagérait sans doute un peu, mais elle était vraiment tombée amoureuse du lieu en un rien de temps.

*Il ne faut pas qu'on sache que je suis nouvelle, ou en tout cas, je dois tout faire sauf paraitre timide ! Oui, souris, frotte un peu ta jupe et avance la tête haute, voilà.* pensa la demoiselle tout en trouvant un siège au milieu des autres, histoire de ne gêner personne et être suffisamment bien placée pour voir ce qu'il se passe sur la scène. Une fois le monde installé, le Directeur prit la parole et le regard d'Hayley fut comme subjugué, avalant chaque parole de ce dernier pour être sûre de tout bien retenir. A tel point qu'à la fin, elle se leva pour l'applaudir, lançant des regards à la ronde pour voir si elle était la seule dans cet état.


Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

TAYLOR
Hayley
21/01/2002
chambre : G.01
classe : YEAR 12 - Eco - Maths - Litt - Sc - Socio
club(s) : Danse , Arts Appliqués


elle te cause:
Hayley cause en #ff3300 et pense en italique
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 28/01/2018
Single Sexy Daddy
Aiji WatanabeSingle Sexy Daddy






Cérémonie d'entrée (ou comment faire une entrée fracassante)






Today, is the day ! Voilà ce à quoi tu penses en enfilant un costume plus ou moins correct. Enfin bon, t'as fait l'effort, tu t'es enfilé une cravate, c'est déjà ça. On peut pas dire que tu l'as bien nouée par contre, elle fait des plis dégueulasses, mais il faut dire que ça fait une heure que tu te bats avec et tu dois encore habiller ton fils, alors tu te prends plus la tête et d'un soupir, tu décides de la laisser dans cet état. Qui le remarquera après tout ? Peut-être tes collègues, mais il y en aura bien une qui t'aidera n'est-ce pas ? Enfin, tu l'espères en tout cas (et comme on dit, l'espoir fait vivre *tousse*). Du coup, tu lui enfiles son propre costume, que tu as dû faire sur mesure chez un tailleur parce que, il est petit Scotty et les costumes pour les enfants de son âge ne sont pas facile à trouver et pas terrible non plus. Heureusement, pour lui, pas de cravate, sinon il n'aurait pas ressembler à quelque chose ton fils.

" P'pa, pourquoi je dois mettre ça ? Ca gratte... et ça colle au cou !" s'exclame Scotty, gonflant légèrement ses petites joues pour montrer son mécontentement alors que toi, tu passes une main dans ta chevelure avant de lui répondre que pour une cérémonie, il faut toujours être bien habillé. "Et puis, comme ça, tu feras fondre les dames Scotty." ajoutes-tu en lui faisant un clin d’œil avant de lui passer un coup de peigne dans sa chevelure. Un petit noeud papillon autour du coup, et tu le trouves parfait ! Alors, tu sors ton portable et fais une photo de lui, effet radical un grand sourire radieux montrant son incisive en moins remplace rapidement la petite moue qu'il tirait quelques secondes auparavant. Bien, maintenant que vous êtes tous les deux prêts, vous n'avez plus qu'à descendre en bas, rendez-vous à la salle de réception.

Vous fermez donc la porte derrière vous de votre studio et descendez les escaliers main dans la main. Tu es tentée de lui lancer un défi de faire la course jusqu'en bas, mais tu as trop peur qu'il se casse la figure entre temps, alors tu te retiens. Sa petite main dans la tienne te donne des forces pour supporter la matinée avec les parents et collègues, ils sont barbants selon toi. Et puis, franchement, les trucs un peu mondain, c'est pas trop ton délire. Et là, tu le sentais venir d'avance... les pères qui vont se livrer au combat de coq pour savoir qui a le plus d'argent, qui a le fils le plus intelligent et qui va devenir le meilleur d'entre eux. Toi, tu t'en fous de ces histoires de riches, tant que ton fils est heureux, tout va bien.

Une fois arrivé près de l'entrée du lieu de réception, tu lances un regard à ton fils et tu souris. " Prêt ? " celui-ci hoche la tête, un petit poing serré devant lui pour montrer qu'il est fort, comme son cher papa.
Alors, tu le soulèves et le place sur tes épaules, ce qui l'amuse avec son petit rire d'enfants, tandis que tu passes les portes avec un grand sourire, fier de ton fils. D'ailleurs, tu n'hésites pas à chaque fois que tu croises quelqu'un que tu connais " T'as vu Scotty ? Il est grand maintenant ! Comme son papa ! " On dirait un enfant, mais tu t'en fiches pas mal, d'ailleurs quand tu croises des élèves tu n'hésites pas à faire un petit dab avec certains, tenant le pied de ton fils d'une main juste pour être sûr qu'il ne tombe pas. Finalement, tu t'installes à la rangée des professeurs avec un grand sourire, Scotty à tes côtés.

Et voilà le discours pompeux du Directeur, comme d'habitude. Tu l'écoutes que d'un oreille tandis qu'avec Scotty, vous jouez à pierre papier ciseau, histoire de passer le temps. D'ailleurs, ce dernier, quand il entend parler du repas, il n'hésite pas à faire savoir qu'il veut manger, alors vous vous redressez et vous dirigez là où sont posés les toasts et autre semblants de nourritures.


©️️ Jawilsia sur Never Utopia





blabla:
Aiji te cause en #336600
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 28/01/2018
Localisation : Hampton Academy
Misanthrope moderne
Leopold SternMisanthrope moderne
Cérémonie d'entréeSeptembre 2018, matin. Salle de réception.

En entrant dans la salle de réception, ce lundi matin, Leopold était de mauvais poil. De très mauvais poil même.
Il n'avait presque pas dormi de la nuit, appréhendant cette première journée de cours, et il n'avait réussi à s'endormir qu'à l'aube, deux heures avant que son réveil ne sonne. Il s'était habillé en vitesse et avait quitté la chambre le plus rapidement possible pour, d'une part, ne pas arriver en retard (il avait HORREUR des retardataires) et d'autre part, pour éviter toute conversation possible avec son colocataire.
Il avait revêtu une chemise blanche, sa cravate dorée et son pantalon d'uniforme bleu marine, laissant sa veste sur son lit. Vu la chaleur des derniers jours, il n'en aurait sûrement pas l'utilité.
Quand il était arrivé, la salle était déjà bondée et bruyante, et il eut un léger mouvement de recul devant tant de monde : Pourquoi les humains se sentent-ils obligés de se réunir sans cesse dans des endroits clos, où ils sont plus ou moins collés les uns aux autres ? pensa-t-il. C'est… obscène.

Heureusement, une voix l'interpella, et le sortit de ses pensées : il s'agissait d'un jeune homme, un Élite qui lui désigna un siège de libre près de lui et de leurs camarades. Leopold afficha alors son sourire habituel, et s'assit près d'eux. Après les salutations d'usage avec ceux qu'il n'avait pas encore croisés sur le campus, Leo se mit à observer la salle. Il aperçut beaucoup de têtes qu'il connaissait déjà, mais aussi de nouveaux élèves, plus ou moins à l'aise. Le jeune homme observa également le premier rang, occupé par les professeurs et quelques délégués, mais son attention fut soudainement accaparée par l'arrivée du prof de littérature, qu'il connaissait pour l'avoir déjà eu en cours. Totalement barré, et particulièrement inadapté à H.A. d'après Leopold. D'ailleurs, le dingue portait un jeune enfant sur ses épaules, et s'arrêtait de temps à autre pour saluer des élèves ou même « daber » avec eux. Leopold haussa les sourcils, et lâcha un soupir de désapprobation.

Il n'y avait rien à dire sur le discours du Directeur, c'était à peu près le même chaque année et cela faisait longtemps que les anciens élèves le savaient. D'ailleurs, ses voisins étaient en train de débattre sur la taille de bonnet de la nouvelle présidente des Délégués, preuve de leur grand intérêt pour la sacro-sainte parole du chef d'établissement. Le châtain interrompit leur jeu puéril d'une simple phrase, et se leva mécaniquement lorsque le Directeur quitta la salle.
Voyant que ses acolytes se dirigeaient vers le buffet, il fit de même, espérant qu'un jus d'orange lui donnerait l'énergie nécessaire pour la journée.©️ 2981 12289 0




Carte d'étudiant:


Hampton Academy

stern
Leopold, Jean, Werner
21/10/2000
chambre : B-01.
classe : YEAR 13 -ÉCO, LITT., H-G, MATHS
club(s) : Baseball.

avatar
InvitéInvité




Avec
Des potentiels amis


Il faut bien un début
Evidemment, elle avait oublié de mettre son réveil.
Assise sur le bord de son lit, vêtue simplement d'un t-shirt grotesque et d'une culotte dite "culotte de règles", Solveig fixait son téléphone, blasée.
A croire que le regarder allait changer le cours du temps ou que l'heure finirait par se modifier. Elle était en retard pour la cérémonie de rentrée. Elle était en retard pour son premier jour. La cérémonie avait débuté il y a cinq minutes.
Solveig soupira et posa son téléphone. Elle zieuta les alentours. Sa colocataire était sûrement déjà partie. Dommage, elle aurait aimé faire le chemin avec elle. Elles auraient alors pu prendre le petit-déjeuner ensemble, discuter de tout et de rien et pourquoi pas devenir les meilleures amies du monde ? Juste ça, quoi.
Par contre, c'était un véritable chaos au pied de son lit. Solveig était là depuis deux jours et pourtant chaussettes et boîtiers de jeux tapissaient son côté de la chambre. Elle les repoussa avec ses orteils, assez délicatement, avant de se tapoter les joues. Allez, de la motivation. Dans trois, deux, un, elle se mettait en route.
Donc trois.
Deux.
Un.
On était parti ! L'objectif ? Arriver au réfectoire avant la fin de la cérémonie. Est-ce que c'était possible ? Non. Allait-elle essayer quand même ? Oui.
Hop, du nerf ! L'adolescente se motiva en sélectionnant une chanson de métal. La musique envahit la pièce, entraînant avec elle le corps de la blonde. Pressée, Solveig enfila la jupe de l'uniforme mais oublia de remonter la fermeture éclaire jusqu'en haut, laissant entrevoir le début de son collant opaque. Ne trouvant pas sa chemise dans son bazar, elle enfila un t-shirt d'un blanc très pur mais avec la tête de Luigi imprimé en grand au centre. Elle n'essaya même pas de brosser sa chevelure et mit deux chaussures différentes sans s'en rendre compte : une basket à gauche,
un soulier à droite. Où était sa cravate déjà ?
Exténuée, elle fouilla son armoire avant d'enfin trouver sa précieuse cravate. Celle qui confirmait son identité. Elle la noua autour de la nuque avant de prendre son sac et de partir en claquant la porte.
Elle courut dans le couloir comme si un psychopathe la poursuivait avec une tronçonneuse avant d'enfin arriver devant les portes. Elle pila net et reprit son souffle.
Ce qui était rageant avec Soleig Sekai était que, même débraillée, elle était terriblement jolie. Elle n'avait pas maquillé ses yeux et pourtant ses cils lui dessinaient un regard de biche parfaitement innocent. Pas besoin de blush puisque sa course effrénée avait joliment rosi ses pommettes. Sa crinière dorée, quant à elle, tombait négligemment sur ses épaules. Quelques mèches s'échappaient de la masse pour épouser son doux visage.
Même sa jupe mal fermée avait quelque chose de mystérieux. Seul le t-shirt dénotait complètement avec son charisme ingénu.
Elle prit enfin son courage à deux mains pour ouvrir la porte et... échec total de la mission : le directeur quittait la scène et les élèves se levaient petit à petit vers le buffet.
Solveig, timide, se tortilla sur place avant de se frotter les bras. Il faisait plus froid ici que dans le sud de la France.
Un instant, face à tout ce monde, elle eut un vertige. Elle était en Terre Inconnue, avait l'impression d'avoir perdu son anglais et était encore seule.
Elle n'était même pas fichue d'arriver à l'heure. En plus, elle portait sa culotte de règles alors que ce n'était même pas la période.
Elle soupira, inspira profondément avant de se diriger doucement vers le buffet. Allez, elle mangeait un petit bout et se trouvait un ami. Peut-être qu'elle verrait la tête de sa colocataire parmi cette foule ? Peut-être qu'elle arriverait à discuter avec quelqu'un ?
N'empêche qu'elle avait l'air bien paumée notre blondinette internationale.
Avec son verre de jus d'orange dans la main, son muffin dans l'autre,
tournant le dos à la nourriture, faisant face à la salle mais incapable de poser son regard quelque part. Pffiou, ça allait être plus dur que prévu.
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 13/02/2018
Age : 15
Livre parlant
Brook MarstonLivre parlant
03 Septembre 2018

En ce jour de cérémonie de rentrée, comme chaque année, la famille Marston et Scott se prépaient à s'y rendre. La jeune Brook, déjà prête, ainsi que son père Bruce, attendaient que Terry finisse de se préparer. Le jeune homme était toujours en retard peu importe la situation. La jeune fille commençait à s'impatienter. Sabrina, la mère de Brook, elle, attendait dans la voiture avec Jack, le demi-frère de Brook et Terry. L'idée que Sabrina accompagne l'adolescente et le reste de la famille l'exaspérait beaucoup.


La jeune fille avait revêtu une belle robe bleue qui descendait jusqu'aux genoux. Elle avait mis avec ceci des collants blancs. En chaussures, une paire de converses venait compléter l’ensemble. Brook avait pris soin de bien brosser ses cheveux afin qu'ils soient les plus beaux et souples possible. La longue chevelure brune de l'adolescente était toute à fait sublime, elle avait rajouté un petit nœud sur le côté gauche, ce qui la rendait plus coquette.


Finalement  le jeune rockeur était prêt. Tous étaient prêts à partir. Une fois arrivée à la salle de réception, la jeune Brook retrouva vite son amie Ivy. Les deux jeunes filles parlaient déjà de littérature. Terry ne supportait pas l'amie de sa sœur, il en était de même pour Ivy. Tous les deux se lançaient une petite pique à chaque fois. Les deux familles allèrent s'installer. Le discours du directeur commença. Chacun avait son attitude par rapport à tout ceci. Brook écoutait attentivement les dires du directeur, les formalité plus ou moins habituelles en somme. Son frère Terry s'était malheureusement retrouvé assis à côté de Ivy, et les deux passaient le temps du blabla à se dire des tendresses telles que : " pauvre nul " ou encore " sale bouffonne " mais aussi " abruti " et bien sur " rat de bibliothèque. " Un agréable moment pour les deux jeunes personnes. Bruce parlait discrètement avec son ex femme Sabrina sur des faits bien plus adultes, comme la voiture, la maison, la banque, des choses vraiment peu intéressantes dans ce contexte. Mais il fallait bien faire passer le temps comme ils pouvaient. Le jeune Jack lui n'attendait que le moment où il pourrait se jeter sur le buffet. Les discours, il s'en tartinait bien la raie.


Enfin vint le moment tant espéré par le jeune garçon ; la fin du charabia, place à la bouffe. Tous se rendirent au buffet, ils suivirent le mouvement au final. Brook vit de nouvelles têtes, des anciennes, celles des professeurs, certains même étaient venus avec leurs enfants. Une très bonne ambiance régnait.




Spoiler:
Hampton Academy

Marston
Brook
18/07/2003
chambre : G-02 B612.
classe : YEAR 11 - Litt - Art - Science - Socio - Langues(Français) - Histoire/Géo
club(s) : Théâtre, Art appliqués

avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


Cérémonie d'entrée
+ Feat Tout le monde +
Wylia observa sa garde-robe, indécise. C'était sa deuxième cérémonie de rentrée. Déjà que, lors de la première, elle avait sorti le grand jeu, là elle devait faire fort. Elle regarda les différentes robes, jupes et hauts qui résidaient dans son armoire, guettant une association parfaite. Mais ayant passé déjà plus d'une demi-heure devant ses habits, elle décida de prendre quelque chose au hasard. Elle ferma les yeux, tourna sur elle-même plusieurs fois, puis tendit sa main dans le vide. Par chance, elle était face à la garde-robe et toucha du bout des doigts le tissu d'un vêtement. Elle ouvrit alors les yeux et contempla ce choix hasardeux. Elle sortit la robe de l'armoire et la regarda sous toutes ses coutures. Une robe bustier blanche, de la dentelle partout, s'arrêtant à mi-cuisse. C'était le genre d'habit à serrer le corps pour faire ressortir toutes les formes. Elle se demanda si ce n'était pas trop, mais en l'accessoirisant, elle devrait être moins "classe".

Elle l'enfila alors, puis ajouta un petit blazer noir aux manches retroussées, un collier en or très simple avec une pierre bleue comme bijou, un bracelet chaîne en or également et des escarpins noirs. Elle se coiffa les cheveux en attachant deux grosses mèches qui étaient sur les côtés de sa tête en arrière avec un gros nœud papillon noir, puis se teinta les lèvres d'une couleur rouge framboise, les paupières d'un léger dégradé violet et les cils par du mascara noir. Elle regarda finalement le résultat dans la glace et sourit. C'était une tenue digne d'une cérémonie !

Elle sortit de son studio en fermant la porte à double tour, puis descendit les marches de l'escalier pour arriver dans la salle de réception. Elle contempla la salle, toujours aussi lumineuse et richement décorée. Elle discuta avec quelques collègues sur le beau temps et le discours du proviseur quelques minutes avant que celui-ci débute. Elle s'installa alors à la rangée des professeurs, et aperçut Aiji Watanabe accompagné de son adorable Scotty. Elle se disait qu'il fallait qu'elle prenne quelques nouvelles de ce petit bonhomme. Mais avant, le proviseur commença son discours. Ravie d'être professeure ici, elle eut le sourire tout le long et accompagna quelqu'un qui applaudissait. Quel discours ! Quelques autres personnes suivirent le mouvement, mais pas toutes.
Puis, lorsqu'il termina par inviter les gens à rejoindre le buffet, personne ne se fit prier. Tous se dirigeaient vers les tables recouvertes de nourriture. Elle-même se leva, quittant du regard l'estrade où se tenait quelques secondes auparavant le directeur.

Elle avança alors vers ce papa accompagné de son petit garçon. Elle aurait aimé avoir un père aussi responsable et aimant, mais au moins, elle était heureuse pour le petit Scotty.

" Bonjour ! Alors, comment se porte ce petit bonhomme ? ", demanda-t-elle en souriant franchement.
Codage by Aily & Power 017
avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 28/01/2018
Single Sexy Daddy
Aiji WatanabeSingle Sexy Daddy






Cérémonie d'entrée (ou comment faire une entrée fracassante)





Tu étais près de la nourriture, rigolant devant la difficulté de ton fils à se décider quant à ce qu'il allait engloutir. Il faut dire qu'il y avait tout de même pas mal de choix, tu le comprenais donc parfaitement. Pendant qu'il se décidait, tu attrapais une théière dont l'odeur t'alléchait : thé à la menthe, un vrai bonheur. Tu attrapes un biscuit à base de noix de pécan, tendant ensuite un muffin au chocolat à Scotty.

" Tu préféreras celui-là, c'est sûr" t'exclames-tu en souriant, ce dernier attrapant le muffin que tu lui tendais avant de te remercier, comme tu lui avais si bien appris. Et alors qu'il se mit à grignoter son déjeuner, la voix de Wylia, la jolie professeure de mathématiques attira ton attention. Elle était tout en beauté, ce que tu ne trouvais pas surprenant venant d'elle. Elle t'avait habitué à une élégance non négligeable, avec un sourire toujours agréable à regarder. Et, tu le sais hein ? Au fond, si ton coeur n'était pas entièrement dévoué à Elie et ton fils, ça aurait sans doute était le genre de femme que tu aurais aimée de tout ton être. Et pourtant, tu étais toujours amoureux de l'autre, la dépressive... celle qui s'était amusée de tes sentiments. Mais elle t'avait donné un fils, alors pouvais-tu vraiment lui en vouloir ? Etait-ce pour ça que tu n'arrivais pas à te détacher de cette belle rousse ?

" Bien le bonjour Wylia, comment allez-vous ?" la salue-tu alors, un sourire léger sur ton joli minois. Scotty aussi vint vers elle pour la saluer, tirant sur son bras pour qu'elle s'abaisse et qu'il puisse lui poser un baiser gentillet plein de miettes sur sa joue. "Comme tu vois, il se porte bien." rigole-tu alors, attrapant une serviette de table que tu lui tendis afin qu'elle puisse se frotter la joue.

"Oui, je vais même très bien !" s'exclama alors le fameux petit bonhomme, un grand sourire dévoilant ses dents, dont deux manquaient à l'appel. Il avait commencé à perdre ses petites quenottes, ce qui lui donnait un air tout à fait charmant. "Hier, la petite souris est passée ! J'ai gagné une livre ! C'était trop bien ! Hein papa ?" expliqua-t-il tandis que tu faisais discrètement un clin d'oeil à ta collègue.

"Il devient un grand garçon ! Cette année, il rentre dans la cour des grands ! " explique-tu à Wylia, posant ta main sur le crâne de ton fiston et ébouriffant sa chevelure. " Il a bien travaillé, je suis très fier de lui."


©️️ Jawilsia sur Never Utopia





blabla:
Aiji te cause en #336600
avatar
InvitéInvité

Cérémonie d’entrée
click
Rowan & un peu tout le monde en fait
Être un pot de fleur en 5 leçonsDiscrétion, calme et sérénité, fels étaient les maîtres mots de la rentrée de Rowan. Arrivé seulement le matin même, très vite abandonné par sa famille, le lycéen n’avait eu d’autres choix que de se rendre à la tant redoutée cérémonie d’entrée. Certes le moment rêvé pour observer ceux qu’il allait côtoyer pendant un an (dont très peu, espérait-il, feraient attention à lui), mais étant nouveau dans l’établissement, la première impression qu’il donnerait était d’une importance capitale. Forcément, les gens allaient le remarquer, le nouveau et son... problème, mais s’il avait l’air suffisamment décontracté et insouciant, ils le laisseraient peut-être tranquille.

Certaines personnes détonnaient dans la foule: comme ce prof (vu comme il avait l’air dans son élément, c’en était forcément un) amateur de dab accompagné de ce qui devait être son fils, des Elites hautains qui surplombaient la foule comme des empereurs devant leurs sujets, et quelques esseulés, comme lui. Bon, au moins, il ne serait pas l’unique forever alone assis tout seul à la même table chaque midi, qu’il pleuve ou qu’il neige.

Toujours planté au milieu de la salle comme un bon vieux pot de fleur, il se décida finalement à aller s’asseoir au dernier rang, avec la vague idée d’écouter le discours du directeur alors que tout ce qu’il voulait, c’était s’enfouir sous sa couette, chez lui, et ne plus jamais avoir à affronter le monde extérieur.

Et si quelqu’un lui adressait la parole, là maintenant? Il n’avait pas pensé à ça. Il n’avait même pas un bout de papier sur lui, ayant déjà ramené ses affaires dans sa chambre. Super. Si quelqu’un vient taper la discut’, j’aurais l’air d’un idiot fini. Anxieux, il ne saisit pas un mot du discours - ils étaient pareil partout, après tout - et fut tiré de ses pensées par les quelques applaudissements, peu convaincus pour certains, qui résonnaient à travers la pièce.

OK. Maintenant, tu vas te comporter comme un grand garçon, et tu vas aller chercher à manger, parce que c’est ce que les gens normaux font et que la nourriture, ça libère l’esprit. Et si quelqu’un t’approches, tu es totalement absorbé par ton téléphone comme tout ado du XXIe siècle qui se respecte. Parce que c’est ce que tu es: un ado normal, totalement dé-con-tra-cté. Et pitié, faites qu’ils aient des ananas.

Déterminé, il se dirigea d’un pas qui manquait néanmoins d’assurance vers la cible désignée: le buffet.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


Cérémonie d'entrée
+ Feat Tout le monde +
Elle regarda tour à tour le petit garçon et son papa. Elle était pleine d'admiration pour le professeur de littérature, à la fois dévoué à son travail et à son fils. Un vrai père digne de ce nom.

"Bien le bonjour Wylia, comment allez-vous ?"

Elle opina, tout sourire. Elle allait bien, le discours l'avait mise de bonne humeur et pour couronner cette journée, elle avait réussi à s'habiller pour l'occasion. Sa robe la serrait un peu mais elle avait perdu un peu de poids pendant l'été - à force de manger comme une végan, pratiquement - alors ça allait encore.
Son fils lui tira le bras, et elle eut pour réflexe de se baisser à sa hauteur. Il lui offrit un baiser candide sur la joue, qu'elle reçut en riant. Ce petit bonhomme était adorable, rempli de vie et d'amour.

"Comme tu vois, il se porte bien."

Elle saisit la serviette qu'il lui tendit, et s'essuya doucement la joue avec. Avec les miettes, elle avait eu droit à un peu de bave, mais c'était tellement chou qu'elle ne dit rien. En plus de cela, le rire d'Aiji était vraiment communicatif, impossible de ne pas sourire en sa présence.

" Haha je vois ça !"

Puis, le petit bonhomme expliqua que la souris était passée. Oh, ce n'est pas la fée des dents, chez lui ? Comme quoi, ce n'est pas pareil partout !
Elle leva les yeux vers monsieur Watanabe, l'écoutant raconter les louanges de son fils adoré :

"Il devient un grand garçon ! Cette année, il rentre dans la cour des grands ! Il a bien travaillé, je suis très fier de lui."
" Oooh, alors ça y est ! On passe à l'étape supérieure !", dit-elle en riant.

Elle se redressa un peu, se laissant se détendre. Elle ne portait pas vraiment le genre de tenues avec lesquelles on pouvait faire des pirouettes sans risquer de voir la culotte ni même de craquer les vêtements. Elle avait effectivement fait trop classe... Bah, elle y avait déjà réfléchi, après tout.

" Sinon, tu es prêt à commencer cette nouvelle année ? Parce que je suis excitée comme une puce !"

Elle avait vraiment hâte de rencontrer toutes les nouvelles têtes de ses futures classes. Elle allait peut-être en reconnaître certain, peut-être pas... Elle allait sans doute en découvrir, en appréhender, en engueuler aussi... On ne se refaisait pas. Elle avait parfois entendu quelques "avertissements" de ses élèves à leur camarade. "Attention, elle n'en a pas l'air, mais elle est flippante" ou alors "L'habit ne fait pas le moine". Ce genre de choses ne l'atteignaient pas - et heureusement.
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 13/02/2018
Age : 15
Livre parlant
Brook MarstonLivre parlant
Le jeune Jack atteint vite le buffet. Le reste de la famille suivait calmement ; Bruce et Sabrina continuaient de discuter de choses et d'autres, la femme ne pouvait avoir une vraie conversation qu'avec son ex-mari, enfin un dialogue avec échange, contrairement avec Terry qui lui reste muet quand sa mère lui adresse la parole. Brook quant à elle se contente du minimum qui est d'être froide à chaque fois qu'elle lui répond. La mère tenta tout de même une approche supplémentaire vers sa fille, se disant que peut-être aujourd'hui il y aurait du progrès.


Sabrina : " Brook ma chérie tu veux quelque chose en particulier ? "


La jeune fille, qui était en train de discuter avec son amie Ivy, prit tout à coup un air agacé et glacial.


Non. Je saurai me servir. Je n'ai guère besoin de ton aide Sabrina.


Rien à faire. Le genre de réponse habituel de la part de la petite brune. Juste le temps de ce bref échange, Terry et Ivy avaient repris leur échange de mots doux. Rien à faire de ce coté-là non plus, cela faisait plus de 2 ans que ces deux-là s'avaient dans le nez. En même temps, rien d'étonnant au vu de leurs personnalités totalement opposées. L'une est passionnée de littérature et d'études, tandis que l'autre est un rebelle né, passionné de musique. Même physiquement, avec 30cm de différence, leurs échanges sont souvent très drôles à voir de loin. Ils sont presque caricaturaux, le garçon obligé de regarder en bas pour charrier la fille, quant à elle, elle était obligée de se casser la nuque ou de se mettre sur la pointe des pieds pour ne pas se laisser faire. Brook s'amusait à les imaginer dans un roman, c'était son petit secret.


Ivy : " Sale tête de clous ! Tu n'en as pas marre d'être un inculte et un pauvre imbécile fini ?! Pauvre nul. "


Terry : " Je préfère être un abruti qu'être un rat de bibliothèque en plus d'être naine ! Tu cherches à te donner un genre avec tes cheveux teints en bleu. "


Le jeune Jack vient ajouter sa pierre à l'édifice : " C'est comme un cacaboudinnoir. "


La maturité de tes propos est tout simplement déconcertante. Si c'est pour ajouter ce genre d'absurdité, tu peux t'abstenir. Contente-toi de te repaître plutôt que de vouloir attirer l'attention sur ta petite personne.


Une fois tout ceci fait, la jeune Marston se glisse dans un coin en attendant que son amie et son frère cessent leur querelle habituelle. Peut-être qu'en attendant elle ferait la connaissance des nouveaux élèves, ou elle parlerait avec ses professeurs, une chose à laquelle l'adolescente aimait s'adonner.




Spoiler:
Hampton Academy

Marston
Brook
18/07/2003
chambre : G-02 B612.
classe : YEAR 11 - Litt - Art - Science - Socio - Langues(Français) - Histoire/Géo
club(s) : Théâtre, Art appliqués

avatar
InvitéInvité
Ce château c'est un peu comme chez moi, c'est ma troisième année et en général, les gens m'apprécient beaucoup. Ce n'est pas sur ma réputation forgée depuis deux ans que je dois me reposer mais redoubler d'efforts. Cette année encore j'ai décidé d'aider pour que tout soit disposé et en place avant l'arrivé des élèves. Quand on regarde que tout est déjà presque prêt pour accueillir tout le monde, c'est que le travail est bien fait. C'est toujours le cas à Hampton de toutes façon.

Une fois habillée et ma cravate dorée parfaitement placée, je pris le chemin vers le réfectoire puis commença les allés retours pour tout disposer correctement sur le buffet. On va dire que de travailler underground c'est pas ce qu'il y a de plus représentatif et lorsqu'on s'occupe de réapprovisionner le buffet, on ne se rend pas très bien compte de ce qu'il se passe dans le gymnase et ce jusqu'à ce qu'on lève les yeux alors qu'on est bien occupés les délégués le personnel du réfectoire et les élèves volontaires.

Parci-parlà on me disait bonjour, des gens qui me connaissent bien. Mon retour avec un grand sourire était plus que suffisant pour faire passer le message que je les avais remarqués mais étant occupée, le temps de les répondre n'existait pas. C'est vrai que le discours du directeur est passé et que le buffet est pris d'assaut ! Après un petit moment de rush, le rythme s'est calmé et j'ai pu me défaire de cette tâche.

SO-CIAL. C'est cool d'aider maintenant faut se donner une image plus présentable... et pouf ! Je me retrouve dans le foule en train de discuter avec plein de monde. Comme c'est génial, de discuter des projets à venir, pour le club que je préside, comme par exemple le fameux... Allez-vous nous faire une démo' de danse en deuxième partie de cérémonie? A quand le prochain événement du club de danse... Ensuite les questions des élèves un peu jaloux pour les précédentes années comme, cette année ta classe Eleonore ne sera pas la meilleure des Years twelve. Parfois t'as juste envie de foutre des droites bien placés. Bon c'est itnerdit surtout pour moi alors un grand sourire et une réponse pour donner de l'espoir à ces personne suffiront.

M'expliquez pas comment j'en arrive là mais je tombe sur Brook, la petite que j'ai connu par hasard l'année dernière. Elle est souvent à la bibliothèque, j'ai eu l'occasion de discuter avec elle plusieurs fois avec, et l'aider un peu pour diverses tâches. Cette année je suis avec Brook du coup en coloc'.

"Bonjour Brook, Ivy !" dit-elle avec une eptite courbette de politesse pour se présenter en face de Brook et les personnes qui l'entourent. "Eleonore Stanley je suis la nouvelle camarade de chambre de Brook, enchantée ! Elles sont adorable Brook et Ivy !" avec un sourire chaleureux qu'elle dit cela "Je suis fière de pouvoir partager ma chambre avec Brook !"


Dernière édition par Eleonore Stanley le Lun 26 Fév - 15:14, édité 2 fois
avatar
InvitéInvité




Avec
Des potentiels amis


Il faut bien un début

Solveig, telle une machine, avait essayé d'analyser les gens présents afin de se sociabiliser. Elle avait repéré des adultes, sûrement des professeurs. Ils étaient bien trop intimidants pour Solveig. Ils avaient l'air d'avoir vécu tellement de choses et pourtant d'avoir encore tellement de chemin à faire. Ils se racontaient sûrement des histoires que l'adolescente ne pouvaient pas comprendre. Ils étaient là, avec leur charisme de professeur alors que elle, elle n'avait même pas les bonnes chaussures.
Elle sirota son verre de jus d'orange et vit également une fille de son âge sûrement avec des lunettes. Elle semblait plutôt reculée alors Solveig prit son courage à deux mains et fendit lentement la foule pour la rejoindre. Seulement, une blonde arriva à ce moment-là et lui fit la conversation. Efforts vains. On recommence à zéro. Retour à la case départ : le buffet.
Le buffet c'était quand même un endroit hyper triste. Il mettait en évidence les gens seuls qui se confortaient dans leur solitude en se goinfrant. La preuve : Solveig se sentait plus seule que jamais et le cacha en s'empiffrant de gourmandises. Elle n'allait pas laisser tomber, mais le mal du pays se fit sentir de plus belle et elle s'épuisait elle-même. Comportement nul.
C'est la bouche pleine de nourriture, avec un croissant qui dépassait de ses lèvres, qu'elle vit une silhouette légèrement effacée.
C'était un garçon avec les cheveux clairs et l'air perdu. A nouveau, Solveig lui aurait donné son âge. Elle le fixa longuement,
ce qui était peut-être flippant à la longue, mais c'était simplement pour se motiver. Elle finit son croissant, inspira profondément, ré-ajusta son t-shirt et pria pour qu'élève ne remarque pas l'excentricité de sa tenue. Oh, et qu'il ne l'envoie pas sur les roses aussi. Qu'il lui dise au moins bonjour.
Elle se posta face à lui, sans prévenir, parce qu'elle ne savait pas trop comment s'y faire, une main sur la table du buffet,
l'autre sur la hanche, et le dévisagea sans pudeur.

- Salut, toi aussi t'es un peu perdu ?

Et parce qu'elle ne savait pas se contenter de ça - et parce qu'elle était un boulet -, elle enchaîna :

- On ressemblerait presque à deux Alice dans la forêt. Vivement qu'on trouve le Chapelier, je l'aime beaucoup.

Mouais. Du Charabia. Les joues rouges tant elle stressait et les fesses qui transpiraient. La technique n'était pas terrible et le résultat serait peut-être pitoyable mais au moins la blonde ne regretterait pas d'avoir essayé.

avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 28/01/2018
Single Sexy Daddy
Aiji WatanabeSingle Sexy Daddy






Cérémonie d'entrée (ou comment faire une entrée fracassante)





Tu observes ton fils expliquer pour sa dent, alors que tu annonces à ta collègue qu'il rentre en primaire. C'est vraiment quelque chose de te voir avec ton fils. On a l'impression que la fierté sort de tous tes pores tout comme ton bonheur. Oui, on peut le dire, ton fils est la prunelle de tes yeux, tu ne vois quasiment que par lui. En tout cas, tu es bien content de pouvoir parler de lui avec la jolie Wylia. On ne pouvait pas t'arrêter mais heureusement, le comportement de ton fils t'avait un peu obligé à faire d'autres choses comme tendre une serviette à la demoiselle, discuter de l'école, tout ça.

Ta main toujours sur le haut du crâne de ton cher Scotty, un grand sourire aux lèvres, tu écoutes la blonde te demander si tu es prêt pour la rentrée. Ha... la rentrée, tu n'y es pas tout à fait prêt et pourtant, cette après-midi tu as un programme chargé : trois heures de cours puis première séance du club. Ouais, t'avais bon pas être prêt, tu n'avais plus trop le choix maintenant.

" J'avoue que non, on est parti en vacances cet été et j'ai laissé un peu le travail de côté. Mais ce week-end, il est chez sa mère donc je pourrai préparer le premier mois au moins. Et toi ? A part être pleine d'énergie, tes cours pour cette première semaine sont prêt ? Quel est le programme ? " lui demandes-tu avant que Scotty ne pose son muffin à moitié grignoter entre tes mains pour pouvoir boire un peu. Puis, il te demande s'il peut aller jouer plus loin, et tu acquiesce. De toute façon, avec tous les professeurs autour et les élèves qui le connaissent, tu ne t'inquiète pas vraiment.

" Au fait, tes vacances, ça a été ? J'ai à peine eu l'occasion de te croiser dans les couloirs ! " t'exclames soudainement, évitant de lui dire que tu aurais aimé la voir un peu plus. De toute façon, Elie te hantait toujours. Tu posais une main sur la table derrière toi, tentant de t'appuyer un peu et te donner un petit style. Sauf que, hé, on a jamais dit que t'étais doué. tu sentis la table partir alors tu te redressais vite avant la catastrophe, un sourire aux lèvres. " Je suis pas sûre que ce soit le jour de se faire remarquer. Je veux pas à devoir rejoindre le directeur dans son bureau plus tard." tu étouffes un rire, comme un cancre, avant de vérifier du regard qu'il ne fait pas attention à toi.


©️️ Jawilsia sur Never Utopia





blabla:
Aiji te cause en #336600
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 12/02/2018
Bourgeois
Hayley TaylorBourgeois
Cérémonie d'entrée


Soit Hayley était figée, soit effrayée. Peu après l'invitation du directeur à se diriger vers le buffet, la rouquine était restée entre les rangées de sièges, lançant des regards de temps à autres autour d'elle. Elle ne connaissait personne, elle ne savait ni le nom ni le visage de tous ces gens autour d'elle. Si elle était sujette aux crises d'angoisse, elle en aurait sans doute fait une. Mais non, elle était simplement restée debout, fixant la scène de son grand regard marron, se demandant quel effet cela pouvait faire de monter là-haut, face à tout le monde et de prendre la parole. Serait-elle aussi aisée que ce Directeur ? Non, elle n'en était pas vraiment sûre. Elle aurait plutôt été comme ça : figée, fixant le monde devant elle. Un peu comme maintenant quoi. Le temps aussi l'était, les conversations vaguent à l'arrière et sur tous les côtés.

*Si je reste comme ça, on va me prendre pour une folle. Et je ne veux pas que l'on me prenne pour une folle. Bouge..bouge... trouve un innocent tout seul et va lui parler. On ne va pas te mordre n'est-ce pas ?* pensait-elle, tentant désespérément de se donner un tant soit peu de courage. Alors, elle amorça un premier mouvement, peu sûre d'elle. Un premier pas, un second et finalement tout lui revint en mémoire sans grande difficulté. La phase de stress était passée. Un sourire se discernait même maintenant sur son visage alors qu'elle venait de repérer une panoplie de cupcake sur l'une des tables. Elle en attrapa un aux douces couleurs bleues et mauves tandis que de l'autre main, elle se prit un chocolat chaud dans un gobelet. Une fois son déjeuner entre les mains, elle se tourna pour se diriger vers une chaise et s'asseoir.

*Finalement, c'est pas si difficile de braver la foule.* s'encourageait-elle encore un peu alors qu'elle se dirigeait avec un petit déhanché vers un groupe de jeunes gens qu'elle ne connaissait pas. S'il n'y avait pas autant de monde autour d'elle, elle aurait peut-être osé aller discuter avec eux comme ça, mais là, pas possible. Puis, passant devant eux, elle jeta tout de même un coup d'oeil sur sa droite, tournant son visage avec un léger sourire. Sa chevelure attachée en queue haute se balançait au gré de ses pas alors que ses yeux pétillants continuaient d'observer toutes les personnes de la salle. Puis vint un événement fatidique. Une chaise mal replacée, ou bien quelqu'un dans son passage, elle n'en savait rien. La seule chose qu'elle avait remarqué, c'est la douleur irradiante dans son genou et la propulsion de sa boisson un peu plus loin. Après un aïe et un petit frottement sur la zone à l'aide de sa main, elle avait soulevé son regard marron clair devant elle, un léger rayon de soleil s'y reflétant.

" Je...je...je suis désolée ! " s'exclama-t-elle, car la demoiselle ne savait pas du tout où se mettre. Tenant le bout de sa jupe entre ses mains et fixant ses pieds, elle n'osait plus regarder les dégâts qu'elle avait commis. Un jeune homme à la chevelure sombre venait de se prendre le fameux chocolat sur son torse... abîmant sa tenue. Et Hayley se sentait terriblement coupable.


Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

TAYLOR
Hayley
21/01/2002
chambre : G.01
classe : YEAR 12 - Eco - Maths - Litt - Sc - Socio
club(s) : Danse , Arts Appliqués


elle te cause:
Hayley cause en #ff3300 et pense en italique
avatar
InvitéInvité

Cérémonie d’entrée
click
Rowan & un peu tout le monde en fait
Être un pot de fleur en 5 leçonsC'est bien connu, les choses qu'on redoute le plus finissent toujours par nous tomber dessus. Rowan l'expérimenta planté devant le buffet, un pain au chocolat dans une main - c'était à peu prêt tout ce qu'il avait trouvé de mangeable -, l'autre dans la poche et le regard perdu dans le vague. Jusque là, personne ne lui avait prêté la moindre attention et cela lui convenait très bien, même s'il tentait de conserver un air détendu dans cet environnement qui n'était pas vraiment propice à la détente.

De là où il était, tout le monde semblait s'amuser, partager un moment convivial, mais tout ceci n'était qu'un masque. Les Elites et leur famille exerçaient leur influence sur la foules, comme des monarques face à leurs sujets - Rowan ne pouvait pas croire qu'il faisait partie de ces gens avec qui il n'avait en commun rien d'autre que l'argent. Les plus modestes, eux, essayaient en vain d'intégrer leur monde de tromperie et de faux-semblants, comme si des sourires hypocrites et des remarques acérées suffisaient pour leur assurer une place dans la Haute. Désolant.

Perdu dans ses pensées, Rowan ne sentit pas tout de suite le regard qui pesait sur lui. Quand il tourna la tête dans sa direction, il aperçut une élève qui le fixait, un air indéchiffrable sur le visage. Le garçon ne prit le temps que de détailler ses cheveux, blonds et longs, avant de détourner précipitamment le regard. Cette fille ne le regardait peut-être même pas. Il était juste à côté des pâtisseries, et c'était sûrement cela qui avait accroché son regard. Rappelle-toi Rowan, tu es un pot de fleur. Personne ne remarque un pot de fleur.

Pourtant, quelques secondes plus tard, c'est cette même fille qui se trouvait en face de lui, et cette fois, pas d'erreur possible: c'était bien lui qu'elle regardait - plus que le regarder, elle le dévisageait. Cette fois, Rowan ne pouvait pas faire semblant de ne pas l'avoir remarquée. Et comme si ça ne suffisait pas, elle lui avait demandé si lui aussi était perdu, et enchaîné sur une métaphore - c'était bien une métaphore?

La jeune fille attendait une réponse, chose qui viendrait naturellement de la part de n'importe qui. Le problème, c'est que Rowan n'était pas n'importe qui. Le seul moyen qu'il avait de lui répondre, c'était son téléphone, restait à trouver un moyen de le sortir sans qu'elle ne le croit trop fier pour adresser la parole à une Bourgeoise. Se composant ce qu'il espérait être un sourire avenant, il se dépêcha de sortir son téléphone, tapa quelque chose à toute vitesse dans ses mémos et le tendit à la jeune fille, le regard obstinément tourné vers la droite pour qu'elle ne remarque pas son anxiété. Il n'avait pas écrit grand chose, ne voulant pas faire attendre sa camarade trop longtemps, mais espérait que ce serait suffisant. Et priant surtout pour qu'elle ne soit pas rebuté par son "problème" bizarre.

Ça m'étonnerait qu'on trouve le Chapelier ici, Alice, si tu vois ce que je veux dire... J'aurais plutôt l'impression d'être à la cour de la Reine de Coeur.

Étrangement, lui qui était une vraie bille en littérature, il se dit qu'on n'aurait plus trouver de comparaison plus appropriée.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


Cérémonie d'entrée
+ Feat Tout le monde +
" J'avoue que non, on est parti en vacances cet été et j'ai laissé un peu le travail de côté. Mais ce week-end, il est chez sa mère donc je pourrai préparer le premier mois au moins. Et toi ? A part être pleine d'énergie, tes cours pour cette première semaine sont prêt ? Quel est le programme ? "

Elle lui offrit un sourire enthousiaste et un rire sincère, avant de lui répondre :

" J'ai été un peu plus sérieuse que toi apparemment ! Même si mon compte bancaire en a sérieusement pris un coup... Sinon, le programme : les faire réussir !"

Elle se garda bien les détails : les dépenses excessives pour sa garde robe n'étaient inconnues pour personne. Après tout, madame Stetson, si on oubliait son ton autoritaire, c'était avant tout une femme élégante qui ne lésinait pas sur les moyens. Des tenues de cette qualité, il fallait y mettre le prix.

"Au fait, tes vacances, ça a été ? J'ai à peine eu l'occasion de te croiser dans les couloirs ! "
" Oh oui ! J'ai passé de supers moments avec ma sœur Elise ! Bon, j'avoue, on a surtout fait la fête, mais chuut !"

Elle posa délicatement son index sur ses lèvres en lui adressant un clin d'oeil. Si elle devait avoir un avis sur le professeur de littérature, elle n'oserait sans doute pas s'avouer qu'elle le trouvait adorable. C'était typiquement le genre d'homme qui pouvait la faire craquer, à vrai dire. Honnête, sincère, fidèle... Mais était-ce son passif amer avec les hommes ou alors ce petit Scotty qui l'empêchait de se l'avouer ? Allez savoir...
Soudain, alors qu'il s'appuyait sur la table d'une manière faussement virile, celle-ci manqua de tomber. Wylia se précipita vers Aiji et lui avait saisi le poignet, au cas où il venait à tomber. Mais heureusement, il réussit à retrouver l'équilibre. Et avec sa joie habituelle, il dit alors :

" Je suis pas sûre que ce soit le jour de se faire remarquer. Je veux pas à devoir rejoindre le directeur dans son bureau plus tard."

Wylia rit nerveusement tout en lâchant son poignet. En réalité, en se précipitant, elle avait elle aussi manqué de tomber et elle avait l'impression que les talons de ses chaussures avaient un petit soucis. Elle resta alors immobile, s'interdisant de bouger davantage. Ce n'était ni l'heure ni le moment de créer une catastrophe, effectivement.

"Des professeurs convoqués dans le bureau du directeur... Ce serait un peu l'affiche, haha !"

Elle se demandait si elle pouvait lui poser des questions un peu plus personnelles. Après tout, ils étaient en public, et Wylia ne devait pas être le genre de personnes à qui il se confiait. Bon, elle n'en savait rien, mais elle était trop intéressée pour ne pas avoir de réponses. Etait-ce de la curiosité ou de la bienveillance... Sans doute les deux. Elle n'agissait pas vraiment en étant mauvaise, c'était même l'inverse. Et puis, ce papa solitaire avait bien besoin de quelqu'un pour le soutenir.

Décidée, elle s'approcha timidement, mais elle en avait oublié ses chaussures défectueuses. Elle avait à peine fait un pas qu'elle tomba vers l'avant, et par réflexe, tenta de s'accrocher à quelque chose, et la seule chose qu'elle avait face à elle était ce pauvre Aiji Watanabe. Elle retomba heureusement sur les fesses, mais malheureusement, elle avait entraîné le professeur avec elle.
Après avoir repris ses esprits - assez rapidement - elle se tourna vers lui et lui demanda, affolée :

" Oh mon Dieu, je suis désolée ! Tout va bien ?"
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 28/01/2018
Localisation : Hampton Academy
Misanthrope moderne
Leopold SternMisanthrope moderne
Cérémonie d'entrée3 septembre 2018, matin. Salle de réception.

Il ne vit rien, il n'entendit rien. Il eut simplement le temps d'être surpris par la collision entre sa chemise et le liquide, avant de ressentir la brûlure du chocolat chaud sur sa peau. Face à lui, une jeune fille aux cheveux rouges, qui, semblait-il, venait de trébucher, et qui se répandait en excuses.
Leopold ouvrit la bouche, puis la referma. Il baissa les yeux sur son torse, appréhendant ce qu'il allait y voir. Effectivement, il ne fut pas déçu : le désastre était total. Sa chemise, qui était désormais bicolore, fumait encore, et sa cravate n'avait pas été épargnée. Heureusement, il n'aurait pas à changer de pantalon d'uniforme, celui-ci était intact. Encore une belle journée qui s'annonce , pensa-t-il sombrement.

Cependant, alors que n'importe qui d'autre aurait été furieux de voir sa tenue ruinée ainsi, il remarqua qu'il ne ressentait aucune colère, simplement… de la lassitude, avec peut-être une pointe d'agacement. Cela ne l'étonnait d'ailleurs pas plus que ça, il n'avait jamais eu le sang chaud, contrairement à son père. Il prenait toujours sur lui, évacuant sa rancœur lorsqu'il était seul. Pour lui, céder à des sentiments aussi violents et bruts que la colère n'était qu'une preuve de faiblesse, et il n'était pas faible, lui.
Mais ça n'était pas pour autant qu'il était naturellement enclin à pardonner naturellement à la jeune fille, ou même à accepter ses excuses, loin de là. Il était, en vérité, très rancunier, et tenait régulièrement à jour un listing mental des gens qui l'avaient ennuyé, d'une façon ou d'une autre. Il fit alors appel à la patience qu'il lui restait, et le Leo social, le Leo d'avant, reprit enfin le contrôle, après quelques semaines d'absence.

Leo détourna le regard quelques instants, et déposa précautionneusement son verre encore plein sur la table la plus proche. Cela fait, il prit une grande inspiration -collant ainsi encore plus sa chemise à sa peau-, afficha son plus beau sourire, celui qui faisait apparaître sa fossette, et il s'approcha de la maladroite. Il avait une démarche souple et nonchalante, presque dansante, et ses yeux ne reflétaient rien d'autre que de l'amabilité. Il se planta face à elle, et lui demanda, le plus naturellement possible : « Tout va bien ?  » Cela fait, il la détailla de pied en cap, et constata qu'elle paraissait entière.
Il continua ensuite, d'un rire faussement naturel : « Haha, si nous étions dans un film, nous ne nous serions pas rencontrés autrement ! C'est un signe ! Je m'appelle Leopold, et toi  ? »

Autour d'eux, le brouhaha de la salle n'avait pas cessé, et il pouvait sentir l'électricité statique créée par le mouvement perpétuel des invités ; néanmoins, son regard resta posé sur l'inconnue, et ses cheveux à la couleur extraordinaire. Machinalement, il passa la main dans sa propre chevelure, et attendit la réponse de l'autre.
©️ 2981 12289 0




Carte d'étudiant:


Hampton Academy

stern
Leopold, Jean, Werner
21/10/2000
chambre : B-01.
classe : YEAR 13 -ÉCO, LITT., H-G, MATHS
club(s) : Baseball.

avatar
InvitéInvité




Avec
Des potentiels amis


Il faut bien un début

C'était amusant de ce se dire que malgré le bruit Solveig se sentait piégée dans une bulle de silence. Le garçon aux yeux bleus et aux cheveux clairs paraissait aphone, étirant les secondes. Solveig reconnaissait avoir dit quelque chose de farfelu mais elle s'attendait à une réponse immédiate ; une insulte,
un «gné ?» ou encore un rire suivi d'une blague - ou l'inverse en fait - mais pas à rien. C'était angoissant de se retrouver face à rien.
Néanmoins elle ne bougea pas, cherchant un signe de vie chez l'autre. Elle avait enfin pris son courage à deux mains, ce n'était pas pour repartir la queue entre les jambes. Tant qu'elle n'aurait pas eu un « non » définitif ses pieds seraient enracinés au sol.
Et puis il sortit son téléphone. Elle ne se dit pas qu'il n'en avait rien à cirer d'elle et qu'il allait rédiger un texto sous son nez. Non, elle attendait juste. S'il avait voulu feindre l'indifférence il lui aurait tourné le dos. Or, il n'avait pas l'air si réticent que cela à lui parler. Ou alors il n'avait pas le courage de l'envoyer bouler...
Il finit par lui montrer son écran, ce qui surprit la blonde tandis que son regard fuyait le sien. Amusée, Solveig essaya de l'attraper. Après tout, le bleu de ses yeux était si profond qu'elle s'y serait bien noyée quelque minutes. Elle devina qu'il ne la laissera pas faire et focalisa son attention sur l'écran de téléphone.

Ça m'étonnerait qu'on trouve le Chapelier ici, Alice, si tu vois ce que je veux dire... J'aurais plutôt l'impression d'être à la cour de la Reine de Coeur.


Solveig pencha la tête sur le côté, interloquée. Quelque mèches brillantes s'étalèrent sur ses joues pourpres et elle les coinça doucement derrière son oreille. Elle ne se demanda pas pourquoi ce garçon s'adressait à elle de cette façon. Elle était juste heureuse qu'il lui réponde. Heureuse qu'il ne l'ait pas envoyé sur les roses. Heureuse que ses efforts de sociabilisation soient récompensés.
Elle ne sut dissimuler le sourire sincère qui illumina son visage, puis balaya la salle du regard. Pourquoi parlait-il de la cour de la Reine de Cœur. Il n'y avait pas de grande méchante reine, ici, non ? Elle plissa les paupières, scrutant chaque visage. Instantanément elle pensa au jeu vidéo Alice Madness Return et retint un petit rire. Non, décidément ce lieu n'avait rien de l'ambiance glauque à laquelle elle pensait.

- Tu as peur qu'on te coupe la tête ? Lui demanda-t-elle avec un accent français effroyable.

Elle imagina bien qu'il devait surtout penser au livre, et non au jeu vidéo. Il lui fallut un petit moment pour se remettre au moins en mémoire les images du Disney. Elle saisit une pomme bien rouge et adressa un sourire mi-amusée mi-timide au garçon.

- Ne t'inquiète pas, si tu peins les roses en rouges, tout ira bien.

Elle croqua dans la pomme. Sa chair était douce.

avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 12/02/2018
Bourgeois
Hayley TaylorBourgeois
Cérémonie d'entrée



Hayley avait envie de disparaitre, de fuir en courant ou juste de se cacher derrière le prof qui venait de s'étaler sur une femme. Heu... wait ? Elle se demandait ce qu'il se passait là-bas. Mais son regard dut se reporter sur le jeune homme qu'elle venait d'asperger. Ce dernier venait de se présenter. Elle haussa un sourcil, l'air totalement ahurie. Elle ne comprenait pas du tout ce qui était en train de se passer...

" Heu... Hayley, Hayley Taylor... enchantée." elle aurait pu rire de l'anecdote sur les films si elle ne s'était pas sentie aussi idiote. Et malgré sa douleur dans le genou, elle se tourna et attrapa quelques serviettes sur les tables du buffet avant de s'approcher de Leopold et d'éponger doucement sa chemise. " Je... heu... désolée. Vous ne vous êtes pas brûlés ? " lui demanda-t-elle tout en continuant son affaire pour tenter de limiter les dégâts.

* Je... il est bizarre ce mec quand même. Pourquoi il ne s'énerve pas ? Est-il réellement aussi aimable ? Je dois lui dire que j'ai la sensation de faire face à du faux-semblants ? Comme avec l'autre... l'autre qui paraissait aussi sympas avant de... bref. Non, je ne dois rien dire, juste m'excuser...* pensait la demoiselle tout en fixant ses mains frottants désespérément la tenue du jeune homme.

" Il est vrai que ce genre de choses n'arrive que dans les films... et en général, ça finit de manière très étrange. Heureusement, personne n'est en train d'écrire notre histoire." tenta de blaguer la rouquine, avant de redresser son regard en direction des yeux du jeune garçon. Et si Hayley n'était pas aveugle, sans doute aurait-elle remarqué la beauté du jeune homme, son sourire joyeux, son regard aimant. Enfin, aimable devrions-nous dire. Mais elle ne voyait ni ça ni rien d'autre. Pas le genre de fille à lire dans vos regards une quelconque émotion. " Il faudra la mettre à laver rapidement, avec un peu de citron parait-il." elle ne se rendait même pas compte que ce qu'elle disait n'avait aucun intérêt.

Codage par Libella sur Graphiorum



Hampton Academy

TAYLOR
Hayley
21/01/2002
chambre : G.01
classe : YEAR 12 - Eco - Maths - Litt - Sc - Socio
club(s) : Danse , Arts Appliqués


elle te cause:
Hayley cause en #ff3300 et pense en italique
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 28/01/2018
Localisation : Hampton Academy
Misanthrope moderne
Leopold SternMisanthrope moderne
Cérémonie d'entrée3 septembre 2018, matin. Salle de réception.

Brusquement, l'attention de Leopold fut distraite par la chute bruyante de… deux professeurs, le prof taré de littérature et… la professeure de mathématiques, toujours habillée comme si elle allait à un défilé de mode. Les camarades du jeune homme la trouvaient « belle », « terrifiante », « bonne ». Lui, il trouvait qu'elle s'habillait bien, et surtout, qu'elle savait tenir le silence dans une salle. Une qualité appréciable chez un professeur, lui qui déplorait toujours les chuchotis pendant les cours.
Il n'aurait jamais imaginé que ces deux professeurs puissent se parler, et pourtant… Ça va jaser pendant des semaines sur eux deux maintenant, ne put s'empêcher de penser le jeune homme.

Pendant ce temps là, la jeune fille (ou Hayley) s'était présentée, et elle avait entrepris de… QUOI ? Elle venait d'agripper la chemise de Leo, et s'évertuait à la nettoyer avec une serviette en papier. Leopold la repoussa prestement avec le moins d'agressivité possible, malgré son dégoût. Dans la tête du jeune homme, le calcul était clair : elle tenait dans sa main une serviette, qu'elle frottait contre sa chemise, qui était collée à sa propre peau : donc techniquement, la jeune fille était en contact avec sa peau, et il ne pouvait le supporter. Il la rassura, alors qu'elle continuait de s'excuser : « Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave. Et au fait, tu peux me tutoyer. »

" Il est vrai que ce genre de choses n'arrive que dans les films... et en général, ça finit de manière très étrange. Heureusement, personne n'est en train d'écrire notre histoire." Quand tu dis « manière étrange », tu veux dire qu'ils finissent ensemble et qu'ils baisent sauvagement sous la douche ? C'est pas faux, pensa-t-il. Évidemment, ce qu'il lui répondit fut bien différent : « Oui, effectivement. Par contre, dit-il en indiquant l'attroupement autour des deux professeurs, eux sont en train d'écrire la leur on dirait ! »

Encore une fois, la jeune fille le prit au dépourvu, et changea radicalement de sujet, en lui parlant de laver sa chemise avec du citron. Quand il baissa de nouveau les yeux pour constater l'ampleur des dégâts, le jeune homme se dit amèrement : Laver ça ? Je pensais plutôt la jeter… Surtout que vu la tache, c'est pas un citron qu'il me faudrait, c'est un citronnier !

Se rappelant soudainement de la présence de la jeune fille, Leopold déclara en récupérant son verre et en lui désignant la machine à chocolat chaud : « T'en veux un autre du coup ? »
Sans attendre sa réponse, il se dirigea vers la table en question, et revint avec un gobelet fumant entre les mains, qu'il lui tendit.

A défaut d'être totalement tranquille, il évitait au moins, grâce à cette petite imbécile, la compagnie d'autres imbéciles bien trop prétentieux qui lui servaient de camarades de classe. Et puis, même s'il l'avait voulu, il n'aurait pas rejoint les Élites dans cette tenue : pas question de se faire remarquer dès le premier jour.
©️ 2981 12289 0




Carte d'étudiant:


Hampton Academy

stern
Leopold, Jean, Werner
21/10/2000
chambre : B-01.
classe : YEAR 13 -ÉCO, LITT., H-G, MATHS
club(s) : Baseball.

avatar
Messages : 182
Date d'inscription : 28/01/2018
Single Sexy Daddy
Aiji WatanabeSingle Sexy Daddy






Cérémonie d'entrée (ou comment faire une entrée fracassante)





Tu t'amuses de savoir que ta collègue a été plus sérieuse parce que tu es persuadé que cela ne fait pas longtemps en réalité qu'elle travaille dans le milieu. Sinon, elle n'aurait pas été autant au taquet. Il faut dire que toi, au début, tu préparais tes cours de manière régulières et l'été en général, c'était la période la plus productive : tu bloquais presque entièrement ton programme pour l'année scolaire suivante... Mais voilà, entre temps, tu t'es vite rendu compte que ton fameux programme, tu ne le respectais qu'à moitié, et encore... un quart devrait être plus précis. Depuis, tu avais abandonné l'idée de tout préparer à l'avance.

" Seulement pour les cours toutes ces dépenses ?" lui demande-tu finalement, un sourire taquin sur le visage, ton regard lui signifiant que tu n'y croyais qu'à moitié. Enfin bon, tout le monde sait qu'elle aimait se faire plaisir la demoiselle face à toi et tu trouves qu'elle a raison. Toi-même tu n'aurais pas hésité si Scotty n'existait pas. Tu ne le regrettes pas évidemment, mais tu sais parfaitement que ta vie aurait été relativement différente ! Enfin bon, tu préfères penser à autre chose et lui demande comment se sont passés ses vacances, te posant un peu contre la table et écoutant la jeune femme avant de risquer de tout faire tomber alors qu'elle t'aide à garder l'équilibre.

" La fête hein, vraiment ? Moi aussi ! On a fêté l'anniversaire de Scotty tout l'été !" rigoles-tu. Il est vrai que c'était devenu un peu ta vie et ta façon de la gérer : tout tourner toujours autour de Scotty. L'école, la cuisine, les sorties, les fêtes, les moments de tranquilité, tout n'était que pour lui et lui seul. Tu voulais un fils heureux ne manquant de rien et craignais cruellement de le voir souffrir un jour.

Tu jettes un coup d'oeil autour de toi pour vérifier que personne n'a remarqué la catastrophe que tu as risqué de commettre alors que Wylia te dit que vous voir chez le Directeur serait en tête d'affiche. Ho oui, et pas qu'un peu n'est-ce pas ? Tout le monde savait que, peu importe ce qu'il se passe dans une école, les élèves en profitaient pour monter des histoires abracadabrantes et faire tourner d'immonde rumeurs, parfois drôles parfois terribles.

" Oui...évitons les rumeurs." A peine eu-tu le temps de le dire tout haut que la blondinette s'avançait vers toi... et vlan. A terre, tous deux. Tu n'avais même pas tout à fait compris ce qu'il venait de se passer alors que tu entendais des rires étouffés et des regards vous fixaient, tantôt surpris, tantôt gênés ou bien encore hilares. La jeune femme te demande comment tu vas en s'excusant alors que tu passes une main dans ta sublime chevelure, lui lançant un regard... et éclatant de rire. Tu ne t'y attendais tellement pas. Tu ne savais même pas pourquoi elle s'était autant approchée de toi et pourquoi tu avais tenté de l'aider à ne pas tomber. Reflex, gentillesse, peu importe, ça t'avait valu une chute mémorable le jour de la cérémonie d'entrée.

" Hoo oui, ça va parfaitement bien. Et toi ? Tu ne t'es pas blessée ?" lui demandes-tu en te redressant. Tendant ta main pour l'aider, tu es tout de même vachement inquiet. Un regard sur ses chevilles te fait savoir qu'elle devrait aller bien, mais tu sais parfaitement que ça ne signifie rien.

" Si tu veux, on peut aller mettre de la glace ou quelque chose comme ça ? " lui proposes-tu alors tandis que Scotty vous rejoint. " Papa il est tombé, Tatie Wylia aussi." affirme-t-il, avant de venir faire un câlin à la jeune femme. " Papa dit que les câlins réparent les blessures."

Il n'avait peut-être que six ans, mais tu étais fier de ton fils. Certes, parfois, il s'exprimait un peu trop comme un enfant plus jeune encore, mais tu patientais sur son arrivée en primaire, tu sais bien que cela va tout changer au niveau de son langage.


©️️ Jawilsia sur Never Utopia





blabla:
Aiji te cause en #336600
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 13/02/2018
Age : 15
Livre parlant
Brook MarstonLivre parlant
Après avoir remis Jack à sa place, la jeune Brook continua de regarder son frère et son amie s'aboyer dessus. Les deux adolescents ne s'arrêtaient plus, ça ne servait à rien de vouloir s’interposer entre eux. Enfin bref inutile de s'attarder sur le sujet.


Bruce quant à lui s'était retrouvé, à son plus grand bonheur, à parler de boxe avec d'autres personnes. Sabrina discutait élégance, mode, beauté avec des connaisseurs. Et Jack avait disparu, peu importe où, sûrement encore en train de trouver une nouvelle bêtise à faire. Brook ne s'occupait pas de savoir où il avait bien pu passer, ce n'est guère son problème.


Soudain une belle jeune fille blonde s'approcha de Brook, il s'agissait d'Eleonore Stanley. Tout en élégance et raffinement, elle salua la petite brune et son amie aux cheveux bleutés. Elle se présenta aux parents de la jeune Brook, étant cette année la nouvelle colocataire de celle-ci. Tous l'écoutèrent attentivement, Ivy prit le temps d'être polie avec Eleonore.


Ivy : " Coucou Eleonore, désolée je suis peu disponible. Comme tu peux le constater je suis occupée avec cette tête de clous. "


Dit-elle tout en désignant Terry qui, quant à lui, rencontrait pour la première fois la belle blonde dont il avait entendu parler par sa sœur.


Terry : " La ferme sale rat de bibliothèque. Elle est bien plus charmante que toi, même en faisant tous les efforts du monde. Bref, salut moi c'est Terry. Ma sœur nous a déjà pas mal parlé de toi, je suis content de pouvoir enfin te rencontrer. Je finis de remettre la naine à sa place et on pourrait discuter tous les deux. "


Le jeune homme était sous le charme apparemment, il espérait une réponse positive. Bruce se contenta de dire bonjour poliment à la jeune demoiselle.


Bruce : " Bonjour jeune fille, enchanté. Comme l'a dit mon fils, Brook nous parle souvent de toi. Tu aimes aussi beaucoup la lecture, ça ne m'étonne pas que tu t'entendes bien avec ma fille et Ivy. "


Sabrina adorait la prestance que la belle blonde dégageait. Elle pouvait voir toute la noblesse dont Eleonore faisait preuve.


Sabrina : " Bonjour, enchantée de te rencontrer Eleonore. Quelle fille adorable tu es, je suis heureuse de savoir que ma fille partage la même chambre que toi cette année, quelle chance elle a. "


La jeune Brook était ravie de voir son amie Eleonore, mais était énervée d'entendre Sabrina ouvrir la bouche. La jeune fille prit la parole, touchée par les mots que la demoiselle avait pu dire.


Bonjour Eleonore. Avant tout, merci pour ce que tu as dit, cela me va doit au cœur. Je suis moi-même ravie que nous partageons la même chambre pour cette année, c'est un réel plaisir. Voici mon frère Terry, mon père Bruce, et là c'est Sabrina. Es-tu venue seule ?


Après cette petite entrevue, tous retournèrent vaquer à leurs occupations ultérieures, qui étaient pour certains dispute et d'autres discussion. La jeune fille fit signe à Eleonore de se rapprocher pour lui murmurer une petite chose à l'oreille.


Tu n'as pas l'air de déplaire à mon frère, qu'en penses-tu ?


La petite brune attendait le retour de son amie blonde avec impatience, toute souriante.




Spoiler:
Hampton Academy

Marston
Brook
18/07/2003
chambre : G-02 B612.
classe : YEAR 11 - Litt - Art - Science - Socio - Langues(Français) - Histoire/Géo
club(s) : Théâtre, Art appliqués

avatar
InvitéInvité

Cérémonie d’entrée
click
Rowan & un peu tout le monde en fait
Être un pot de fleur en 5 leçonsL'anxiété de Rowan attendant la réponse de la jeune fille, dont il ne connaissait pas encore le nom, devait se sentir à des kilomètres à la ronde.
Comme toujours, il s'interrogeait sur la réaction de la blonde vis-à-vis de la manière avec laquelle il lui avait répondu. Serait-elle mal-à-l'aise, faussement touchée ou allait-elle tout simplement disparaître telle le chat du Cheshire? Il n'y avait jamais jamais d'autre option, et à vrai dire, aucune n'était plus tentante qu'une autre, bien que la deuxième proposition soit sans hésitation la pire d'entre elles. Rowan ne supportait pas les incessantes questions indiscrètes, les "désolé(e)" et les "t'es courageux, moi je pourrais pas" (comme s'il s'était teint les cheveux en vert radioactif ou fait tatouer une licorne sur le front).

Son appréhension décupla lorsque la jeune fille pencha la tête, l'air intrigué. C'était généralement cette expression qui accompagnait l'option numéro 2, celle qu'il avait anticipée, et Rowan ne connaissait qu'un seul moyen d'y échapper: la fuite.
C'est pourquoi, alors qu'il considérait ses options (la porte principale était bondée de monde, ce qui lui permettrait de se fondre dans la foule, mais trop éloignée de l'endroit où ils se tenaient), il fut si surpris par la réplique de la blonde qu'il en aurait poussé une exclamation de surprise si il l'avait pu.

- Tu as peur qu'on te coupe la tête ? avait-elle lancé avec un accent qu'il peinait à reconnaître. Elle ne n'était pas d'ici, elle non plus.

Toute son angoisse disparut d'un coup, remplacée par une sensation de chaleur qui ne pouvait lui faire que du bien.
Rowan réfléchit à la question tout en finissant son pain au chocolat (qui était certes très bon, mais ce n'était rien à côté des ananas). Ce n'était pas exactement ça; en réalité, il aurait pu citer la cour de n'importe quel roi ou reine, même si il avait choisi la reine de Coeur pour rester dans le thème.
Tout ici lui rappelait la cour d'un roi, depuis la vaisselle scintillante aux tenues soignées des convives. L'attitude de ceux-ci rappelait celle des nobles qui siégeaient à la cour, faisant tout pour s'attirer les faveurs de leurs supérieurs et n'hésitant pas à propager rumeurs et ragots pour se faire bien voir. Malgré tout, on trouvait des fous partout: comme ces profs qui venaient de s'étaler l'un sur l'autre, l'un particulièrement amusé par sa propre maladresse. Même dans les endroits les plus froids et ternes, on pouvait trouver une forme d'excentricité. Il suffisait de bien chercher.
Baissant les yeux, Rowan remarqua un détail qui lui avait jusqu'alors échappé (mais il fallait dire qu'il ne s'était pas attardé sur l'apparence de la jeune fille): elle portait une basket d'un côté, et une chaussure plus élégante de l'autre. Qu'est-ce que je disais? pensa le garçon en esquissant un sourire.

- Ne t'inquiète pas, si tu peins les roses en rouges, tout ira bien, ajouta la blonde.

Rowan se félicita intérieurement d'avoir attentivement lu et regardé tout ce qu'il avait pu trouver autour de l'univers du pays des merveilles. Après tout, n'importe qui étant un temps soit peu "en marge" de la société se retrouvait forcément dans cette oeuvre. Étrangement, il se reconnaissait assez dans le personnage de la Reine Blanche: prête à faire le bien en toute circonstance, même si elle ne s'y prenait pas forcément de la bonne manière.

Je crains d'avoir oublié mes tubes de peinture à la maison. Peut-être qu'en les coloriant avec du ketchup, on parviendrait au même résultat? Et puis, si ça ne va pas, on n'aura plus qu'à traverser le miroir.
Je ne sais toujours pas où peut bien être le Chapelier, par contre, on dirait qu'on a trouvé Tweedledee et Tweedledum
, acheva-t-il, espérant qu'elle comprendrait la référence à la chute des deux professeurs un peu plus tôt.

Rowan s'efforça de ne pas attarder son regard sur les chaussures de la jeune fille en lui donnant sa réponse. Une question occupait son esprit: et elle, était-elle plutôt Chapelier ou Alice?
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 17/02/2018
Age : 26
Extravagance & Autorité
Wylia StetsonExtravagance & Autorité


Cérémonie d'entrée
+ Feat Tout le monde +
Wylia le regarda se relever, et s'apprêta à faire de même. Elle s'appuya sur ses paumes pour se lever, mais le petit d'Aiji les rejoignit et lui fit l'honneur de la câliner, ses petites mains tentant de faire le tour de sa taille. Elle lui rendit alors l'étreinte avec sourire et le remercia, lui affirmant qu'elle allait déjà mieux. Puis, la main d'Aiji apparut soudainement dans son angle de vision. En souriant alors, elle lui la prit et se mit sur ses deux jambes.

" Hoo oui, ça va parfaitement bien. Et toi ? Tu ne t'es pas blessée ? "

Elle hésita en regardant ses chaussures. Elles semblaient totalement foutues. Ou du moins, le talon. Elle soupira, attristée par la perte d'une de ses paires de chaussure, et se résigna à les porter plus longtemps.

" Je vais bien, en tout cas mieux que mes talons, haha !"

Elle tenta bien de garder le sourire, et ce n'était pas difficile. Elle était assez amusée de la situation, mais à la fois gênée... Elle était tout de même retombée sur le professeur de littérature qui n'avait rien demandé. Et les gens aux alentours en avaient bien profité pour ne pas en perdre une miette...

Elle replia alors sa jambe vers l'arrière et ôta sa première, puis sa seconde chaussure. Elle se croyait après une soirée trop arrosée où elle n'en pouvait plus de marcher avec des talons, et donc se retrouvant obligée de les garder dans ses mains. Ce n'était pas arrivé si longtemps que cela, par ailleurs...

"Si tu veux, on peut aller mettre de la glace ou quelque chose comme ça ? "
" Oh pas la peine, j'ai juste un peu mal aux..."

Elle s'interrompit net. "Fesses" était le mot qui lui vint de suite à l'esprit mais, elle ne pouvait décemment pas le dire devant autant de gens... Et surtout pas comme ça, après être tombée à la renverse...
Elle réfléchit alors à une autre tournure de phrase, mais rien à faire, seul le mot "fesses" lui resta en tête. Elle haussa les épaules et dit alors dans un rire embarrassé :

"Enfin, ça ira je pense. J'aurais peut-être des bleus mais sans plus."

Elle se passa sa main libre dans ses cheveux cendrés, et regarda le buffet. Se réfugier dans l'alcool n'était vraiment pas la solution appropriée. Elle se demanda alors si elle pouvait se goinfrer de nourriture, histoire de faire diversion.

Elle s'approcha alors de la table et se mit à manger avec délicatesse, tentant vaguement de faire disparaître le souvenir de la chute mais aussi de ses pieds déchaussés. En plus, résultat des courses : elle ne pouvait plus lui poser sa question un peu privée. Elle était tant admirative de ce papa donnant tout à son fils, elle se demandait comment il faisait... Avait-il du temps pour lui ou sa vie se résumait-elle à éduquer son enfant ? Etait-il juste ou alors satisfaisait-il tous les caprices de Scotty ? Elle était vraiment curieuse...

" Désolée, on ne devait pas se faire remarquer, c'est un peu raté, haha..."

Pour être raté, c'était raté. Un vrai fiasco. Tout le monde n'aurait plus que ça à la bouche pendant une semaine entière. Elle ne voulait pas être sujette aux rumeurs, ce n'avait jamais été un aussi franc échec...
Codage by Aily & Power 017



and it's too cold outside for angels to fly
an angel will die covered in white, hoping for a better life, we'll fade out tonight straight down the line.
Contenu sponsorisé

La date/heure actuelle est Lun 22 Oct - 18:35